Namibie

Circuit d’une semaine dans le nord de la Namibie

par | 25 Août 2015 | Afrique, Destinations, Namibie | 0 commentaires

» Destinations » Afrique » Namibie » Circuit d’une semaine dans le nord de la Namibie

Un rêve sur papier glacé qui est devenu une réalité 

J’avais envie de découvrir en vrai ce que je ne me lassais pas d’admirer dans les magazines de voyage… Les vastes étendues de savane, les paysages désertiques, les immenses dunes de sable et la faune sauvage ! Et j’avais aussi envie de rencontrer les Himbas dans le nord de la Namibie, l’une des ethnies qui composent la population namibienne. 

J’en avais rêvé… et je l’ai fait ! Durant 26 jours, au mois d’Août.

Certains disent que la Namibie est la « Suisse » de l’Afrique

Il est vrai que 31 années de colonisation allemande (1884-1915), ça laisse des traces dans les noms des villes, leur organisation architecturale, une qualité des infrastructures et une certaine propreté et coquetterie des rues et des maisons.  Autre héritage germanique, une gastronomie métissée composée à la fois de strudel et de choucroute, mais aussi de saucisses boerewors, de lanières de biltong (viande séchée) et de l’incontournable braai (barbecue) apporté par les Afrikaners qui se font griller des pavés de kudu, de spingbox, d’antilopes ou de zèbres. Le tout arrosé par une Windhoek Lager (la bière nationale), réputée 100 % naturelle ou l’un des excellents vins sud-africains.

Visiter la Namibie du nord au sud

 

Dès mon arrivée, j’ai contacté l’agence locale Wild Dog Safaris pour organiser mes deux semaines de circuit en Namibie du nord au sud. Cela s’est conclu très rapidement. Certains voyageurs découvrent la Namibie seuls, et il est vrai que c’est assez facilement faisable, mais je ne me sentais pas l’âme d’une voyageuse suffisamment aguerrie pour partir seule au volant d’un 4×4 et dormir sous tente.

La Namibie, située sur la côte sud-ouest de l’Afrique australe est ceinturée par l’Angola et la Zambie au Nord, le Botswana à l’Est et l’Afrique du Sud au Sud-Est. Elle est grande comme une fois et demi la France et compte à peine 2,5 habitants au km2, ce qui la place au second rang mondial de faible densité humaine après la Mongolie.

C’était une grande première pour moi de voyager en groupe avec des touristes de différentes nationalités. A part le chauffeur et le guide namibiens, je n’ai été en contact qu’avec des occidentaux toute la journée, et ce n’est pas vraiment ce que j’apprécie le plus dans un voyage… Mais, cela m’aura permis de faire de belles rencontres et d’améliorer mon anglais ! Nous avons parcouru 7 900 kms de piste en deux semaines, sans croiser beaucoup d’autres véhicules, avec une chaleur intense dans la journée, le vent et le froid en soirée et la nuit. 

Voici notre itinéraire dans le nord de la Namibie : Okonjima – Etosha – Okaukuejo – Grootberg – Twyfelfontein (Damaraland) –  Skeleton Coast – Henties Bay – Retour à Windhoek.

C’est parti pour découvrir le nord de la Namibie !

 

Jour 1 : Départ de Windhoek pour Okonjima / Africat (300 kms)

Une fois les participants réunis, nous quittons l’agence Wild Dog Safaris dans un gros truck confortable avec un chauffeur et un guide qui se transformaient en cuisiniers aux heures de repas. Une bonne équipe efficace et sympa… 

Après un premier arrêt à Okahandja sur un marché de sculpture sur bois et notre premier pique-nique, nous arrivons à notre destination finale à Okonjima où se trouve le siège d’Africat Foundation, un centre de conservation et un refuge spécialisé dans la protection et la réhabilitation des grands félins africains, et notamment du guépard. Les animaux arrivent souvent ici lorsqu’ils sont orphelins ou blessés.

Nous regardons les guépards depuis un abri solidement protégé par de robustes vitres pour pouvoir les voir de près. C’est l’heure du repas et les guépards dévorent de grosses pièces de viande, perchés sur des troncs d’arbres. Nous en verrons ensuite dans leur milieu naturel depuis notre truck. Ces gros chats sont superbes, et très très impressionnants  !!! 

 

Jour 2 : Namutoni à l’est d’Etosha (300 kms)

Nous arrivons à Namutoni en fin d’après-midi dans le Parc National d’Etosha. Ce parc de 22 000 km2 de savanes et de forêts est le refuge de centaines d’éléphants, de multiples antilopes (kudus, dik-diks, springbox, oryx), d’autruches, de girafes, de zèbres, de hyènes, de lions, de rhinocéros noirs et de nombreux oiseaux. Difficile de dire quel animal j’ai préféré... Les antilopes aux yeux si doux, les zèbres tellement troublants, les girafes à la démarche aérienne, les familles d’éléphants si attendrissantes ou les lions tellement puissants… Je les ai tous aimés ! Cela peut sembler enfantin, mais j’étais réellement émerveillée devant autant d’animaux sauvages dans leur espace naturel.

Nous sommes au mois d’août en saison sèche. Les herbes sont moins hautes qu’en saison des pluies et la nature moins généreuse, ce qui a pour avantage de mieux voir les animaux et d’avoir la quasi-certitude de les retrouver autour des points d’eau. Le désavantage est que le paysage est moins photogénique que lorsque les animaux évoluent dans les herbes hautes et vertes. 

 

Jour 3 : Toujours dans le Parc National d’Etosha à Okaukuejo 

Nous faisons route vers Okaukuejo, une autre partie du Parc où nous arrivons dans la soirée après avoir croisé de nombreux animaux. Nous passerons la nuit dans le camp Halali, un autre campement situé au milieu du parc. Je suis heureuse de passer cette nuit la tête dans les étoiles sous une grande tente bien aménagée et protégée du vent par de gros rochers de granit ! Le camp se trouve à proximité d’un fort allemand construit en 1901 qui abrite aujourd’hui l’Institut écologique d’Etosha. Après le barbecue du dîner, nous allons voir dans un silence quasi-religieux les animaux venus se désaltérer à un point d’eau éclairé. Situé à la limite de notre camp, ce point d’eau est décrit comme étant l’endroit le plus riche en animaux de toute l’Afrique australe pendant la saison sèche. Cela me semblait irréel de me dire que je vivais ce que je voyais dans les documentaires animaliers à la télé…

Malheureusement, je ne maîtrise pas bien mon nouvel appareil-photo la nuit, et mes photos sont un peu loupées !

 

Jour 4 : D’Okaukuejo à la région de Grootberg chez les Himbas (310km)

Plus loin vers le nord du pays, en direction de la région de Grootberg, nous rencontrons quelques familles Himbas dans un village nomade, aux environs de la petite ville de Kamanjab. Cette communauté Himba est une des rares à vivre en dehors de la région nord du Kaokoland où vivent environ 10 000 Himbas sur les 30 000 km² du territoire. Ce peuple qui, traditionnellement vivait uniquement de l’agriculture et se déplaçait là où il y avait de quoi nourrir les bêtes, semble adapter désormais ses voies de déplacement en fonction des circuits de passages et des flux de touristes…

J’avais très envie d’en apprendre davantage sur leur culture et mode de vie, mais je suis finalement restée frustrée, très mal à l’aise et déstabilisée face au caractère « touristique » de cette rencontre et aux conséquences néfastes du tourisme. J’aurais aimé aller jusqu’au Kaokoland rencontrer les Himbas sur leur territoire, mais cela n’était pas prévu dans ce circuit…

 

Pour en savoir plus sur les Himbas

Consultez le site de Solenn Bardet qui a partagé le quotidien des Himbas durant 2 ans et a créé avec des membres de la communauté l’association Kovahimba afin de les aider à protéger et valoriser leur culture. Pendant plusieurs siècles, les Himbas, attaqués et dépossédés de leurs troupeaux ont survécu dans des conditions difficiles, et ont mené une existence de chasseurs-cueilleurs. C’est de cette époque difficile que vient leur nom de « Himba » qui signifie « mendiant ». Depuis, les Himbas qui ont survécu grâce à l’aide alimentaire, ont reconstitué leurs troupeaux et repris leur vie nomade. 

Ce que je connaissais surtout des Himbas, c’était l’image de femmes habillées de pagnes, aux seins nus qui se teintent la peau en rouge avec une pâte réalisée à base de graisse animale et de poudre d’hématite. Effectivement, chaque jour, les femmes collectent de l’hématite, une pierre rouge extraite dans des carrières et la réduisent en une poudre la plus fine possible. Ensuite, elles la mélangent avec de la matière grasse animale et s’en enduisent la tête et le corps afin de rendre leur peau soyeuse et de se protéger des rayons du soleil et des insectes. Leurs cheveux coiffés en tresses épaisses sont également enduits de la même substance. Le nombre de tresses augmente avec l’âge, c’est ainsi que les fillettes n’arborent que deux grosses tresses sur le sommet de la tête.

 

Les Himbas organisent principalement leur vie et donc leurs déplacements autour du bétail (vaches et chèvres). Ils vivent dans des huttes fabriquées avec des feuilles de palmiers, de la terre grasse et des excréments de vache. Les femmes cuisinent sur le feu de bois pour préparer le porridge à base de farine de maïs, plat principal de l’alimentation des Himbas. J’ai eu l’occasion de visiter une petite école nomade gérée par une association et de constater que toutes les salles de classe du monde se ressemblent ! 

 

Jour 5 : De Grootberg à Swakopmund, en passant par Twyfelfontein (190 km)

Nous partons ensuite vers l’une des plus belles régions désertiques de Namibie, le Damaraland. Nous franchissons le col du Grootberg, puis découvrons les anciennes gravures rupestres des Bushmen à Twyfelfontein. Un guide local nous accompagne pour la visite et nous explique que cette région est le berceau de l’ethnie des chasseur-cueilleurs San qui vivaient sur le site il y a près de 6 000 ans. Twyfelfontein est le premier site namibien inscrit par l’Unesco sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. On peut y voir des milliers de pétroglyphes (dessins gravés dans la pierre) et de peintures du néolithique qui attestent d’une culture raffinée. 

Jour 6 : Cap sur la côte Skeleton (420 km)

Nous nous enfonçons un peu plus dans le désert et passons devant la plus haute montagne de Namibie, le Brandberg (2573 m) avant de poursuivre un peu plus à l’ouest en direction de l’océan Atlantique et de la côte de Skeleton, première ville balnéaire de la Namibie. 

La Côte Skeleton (côte des Squelettes) est une vaste étendue entre l’océan et le désert située dans la partie nord de la côte Atlantique de la Namibie. Ce nom a été donné à la côte en raison de nombreux naufrages occasionnés par un brouillard épais permanent. Quelques kilomètres plus loin, nous faisons halte sur la côte pour voir une colonie d’otaries à Cape Cross. Sous mes yeux ébahis, non pas une otarie, deux otaries… mais plusieurs centaines qui couinent comme des cochons et dégagent une odeur pestilentielle qui vous colle à la peau des heures plus tard ! À certaines périodes de l’année, jusqu’à 100 000 otaries à fourrure du Cap se rassemblent. Elles sentent mauvais, mais sont tout de même très attendrissantes… Un peu plus au sud, l’environnement s’adoucit avec la beauté des flamands roses qui migrent à Diaz Point. L’occasion aussi de voir le monument érigé à cet endroit en souvenir du passage du navigateur Bartholomeu Diaz en 1488 qui partait franchir le Cap de Bonne Espérance en Afrique du sud.  Fin de soirée à Swakopmund où nous passerons la soirée et le lendemain matin pour profiter du bord de mer. 

Jour 7 : Retour à Windhoek (350 kms)

Nous revenons à Windhoek dans la soirée après cinq heures de route, avant un nouveau départ le lendemain pour une semaine d’exploration du sud de la Namibie.

J’ai passé toutes mes nuits à Windhoek au Suricate Townlodge, une guesthouse tenue à l’époque par Mylène et Laurent un couple de jeunes suisses francophones, qui a grandement contribué à me faciliter mon séjour en Namibie…

 

Infos pratiques

 

> Quand visiter la Namibie ? 

  • En octobre-novembre (saison intermédiaire), les premières pluies arrivent et les températures grimpent (début de l’été) 
  • De décembre à mars (été – saison des pluies), il fait chaud et humide, certaines pistes sont difficilement praticables.
  • De mai à septembre/octobre (hiver – saison sèche), la saison est plus fraîche et sèche. C’est la bonne saison pour voir les animaux dans la réserve d’Etosha, on évite ainsi la chaleur et le pays est moins fréquenté.

Pendant les mois humides, de novembre à avril, la cuvette du pan (gigantesque cuvette plate) qui occupe toute la partie centrale du Parc d’Etosha, se remplit d’eau et les oiseaux migrateurs tels que les flamants roses viennent y nicher. Les autres animaux sont quant à eux disséminés sur toute la surface du parc et donc plus difficiles à voir. Pendant la saison sèche, de mai à septembre, la végétation se raréfie, de nombreux points d’eau naturels s’assèchent et les animaux se rassemblent autour des points d’eau artificiels près des routes. Les observations sont alors faciles, mais le paysage manque de couleurs avec le soleil écrasant et la poussière…

Dans tout le pays, l’amplitude entre températures diurnes et nocturnes est importante : pensez-y si vous campez ! Pensez aussi que durant l’hiver austral, la nuit tombe dès 17h-17h30. La température de la mer est, elle, toujours basse et dépasse rarement 18°C en été, sauf au nord-ouest du pays (22°C au mieux).

 

> Comment visiter la Namibie ?

Seuls, avec un tour-operator ou un guide local. Chaque mode de voyage présente ses avantages et ses inconvénients…

Je suis plutôt une solitaire, mais j’appréhendais de circuler seule sur des pistes parfois défoncées en Afrique durant des étapes quotidiennes d’environ 300 kilomètres et de me retrouver bloquée en cas de problème technique sur la route, même si la Namibie est un pays très sûr. Je voulais aussi être pleinement « disponible » pour savourer le spectacle de la route et des paysages et pouvoir poser toutes sortes de questions à un guide local sur la faune, la flore, l’histoire locale, les différentes ethnies… J’ai donc fait appel à un tour-operator local.

Si vous décidez de voyager seul, vous pouvez louer un 4×4 avec ou sans tente sur le toit. Presque toutes les agences de location de voiture possèdent des bureaux à l’aéroport, mais vous pouvez aussi en louer dans une agence de Windhoek. Pensez à prendre un permis de conduire international avant votre départ.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recette des empanadas – Chili

 Recette des empanadas du ChiliLes empanadas sont une spécialité très répandue en Amérique Latine. Ce sont des petits chaussons de pâte fourrés avec...

Marchés à Madagascar

Scènes de vie sur les marchés à Madagascar.    

Recette traditionnelle des tagliatelles à la Bolognaise

 Recette traditionnelle des tagliatelles à la Bolognaise ou "tagliatelle al ragu alla Bolognese"  Durant mon séjour à Bologne, je voulais apprendre...

Recette du curry de gambas à la noix de coco – Inde

Recette du curry de gambas à la noix de coco, un plat traditionnel du sud de l'IndeEn voyage dans le sud de l'Inde, j'ai découvert la recette du...

Recette des samoussas au boeuf et petits légumes – Inde

Recette des samoussas, plat traditionnel indienQu'ils soient végétariens ou farcis à la viande, j'adore manger ces petits beignets triangulaires à...

Ema Datshi – Bhoutan

  Qu'est-ce que l'Ema Datshi ? Ce plat national, mangé quotidiennement par les bhoutanais est un ragoût (ou une soupe)...

Marchés en Tanzanie

Scènes de vie sur les marchés en Tanzanie    

Le slow tourisme culinaire et Slow Food en Corse

  Manger bon, propre et juste en faisant du slow tourisme en Corse... Tentant comme programme, non ? Découvrir le patrimoine culturel et...

Savez-vous comment est fabriqué le Parmigiano Reggiano ?

 Toujours en balade dans la région d'Emilie Romagne où je partage mes visites entre culture et agriculture ! Après avoir découvert la belle ville de...

Recette des sarde in saor – Venise

 Les sarde in saor : les petites sardines de l'apéritif vénitienLes sarde in saor (sardines « savoureuses ») sont les "cicchetti" les plus appréciés...

Recette du Rougail saucisses – Madagascar

Rougail saucisses de Madagascar   Le Rougail saucisses est une recette traditionnelle et populaire des îles de l’océan indien. L’île Maurice,...

Curry Massaman de pommes de terre – Thaïlande

Curry Massaman de pommes de terre  Temps de préparation : 20 minutes / Temps de cuisson : 40 minutes Ingrédients pour 4 personnes...

La cuisine coréenne

  La sagesse traditionnelle coréenne dit que "la cuisine et la médecine sont issues des mêmes racines". L'Organisation Mondiale pour la Santé a...

Recette bretonne des crêpes de froment

 Je suis née à Quimper et ma grand-mère me faisait des crêpes lorsque j'allais chez elle pendant les vacances. Autant vous dire que le doux parfum...

Recette du Spritz – Italie

Boire un Spritz comme à Venise !  Impossible de résister à ce cocktail pétillant, frais et amer, né en Vénétie qui apporte une note orangée ou rouge...

Marchés à Madagascar

Scènes de vie sur les marchés à Madagascar.    

Safari dans les parcs de Ngorongoro et Tarangire

  C'est parti pour un safari dans les parcs nationaux de Ngorongoro et Tarangire ! Après le joli parc de Manyara, je suis partie faire un...

Carnet de voyage à Madagascar

    Me voici arrivée sur l’île de Madagascar...Entre Afrique et Asie, entre Equateur et Tropique du Capricorne,...

Rencontres dans un village Masaï en Tanzanie

  J'ai eu la chance de rencontrer des familles Masaï dans leur village C'est grâce à un garde du lodge où je séjournais, "L'Oremiti lodge" que...

HISA, Slow Food et les enfants de Katutura

  Suite et fin de mon voyage en Namibie Après avoir visité durant deux semaines la Namibie du nord, puis la Namibie du sud avec les guides de...

Marchés en Tanzanie

Scènes de vie sur les marchés en Tanzanie    

Le Mozambique, un pays magnifique et méconnu

  Le Mozambique a été une surprise totale pour moi ! Ce pays d'Afrique australe ne figurait pas dans la liste de mes destinations initiales, et...

Tout savoir sur les lémuriens de Madagascar

Les lémuriens, les animaux emblématiques et endémiques de Madagascar Connaissez-vous les lémuriens de Madagascar ? Considérés comme les ancêtres des...

Recette du Rougail saucisses – Madagascar

Rougail saucisses de Madagascar   Le Rougail saucisses est une recette traditionnelle et populaire des îles de l’océan indien. L’île Maurice,...

Zanzibar ou la douceur de vivre

  Destination, l'île de Zanzibar !  Après le nord de la Tanzanie, ses parcs animaliers et ses vastes étendues ocres de savane... Changement...

5 jours de farniente à Nosy Be

Objectif "Farniente" à Nosy Be Le nom de Nosy Be me faisait rêver...  et évoquait "nonchalance, coquillages et crustacés..." Après un séjour...

Femmes et culture traditionnelle Slow Food

  J'ai rencontré 15 femmes extraordinaires dans le village de Ngurdoto  Le village de Ngurdoto est situé dans une caldeira du Nord de la...

Recette des achards de légumes aux crevettes épicées – Madagascar

Recette des achards de légumes aux crevettes épicées - un plat typique dans les îles de l'océan indien Les achards sont une spécialité culinaire...

Carnet de voyage en Afrique du sud

DESTINATIONS / VOYAGES :   Première étape de mon voyage en solo autour du monde, l’Afrique du Sud Je suis en...

Carnet de voyage à Zanzibar

  Direction l'île de Zanzibar !   Après un séjour dans les parcs animaliers du nord de la Tanzanie, je mets le cap sur la...

Pin It on Pinterest

Share This