Sulawesi

Topik, un guide en or sur l’île de Sulawesi

» Destinations » Asie » Sulawesi » Topik, un guide en or sur l’île de Sulawesi

J’ai quitté l’île de Java pour celle de Sulawesi, aussi nommée île des Célèbes.

L’Indonésie m’enchante toujours autant et l’île de Sulawesi va rester un de mes plus beaux souvenirs de voyage, des années plus tard. Il faut dire que j’y ai été particulièrement bien accueillie par Topik mon guide !

Petit cours de géographie… Sulawesi (ou île des Célèbes) est la quatrième île d’Indonésie en superficie. Elle est située à 300 kms à l’est de Bornéo et 600 kms au sud des Philippines et se reconnaît facilement sur une carte grâce à ses contours géographiques qui ressemblent à un grand K. L’île reste encore peu touristique et a gardé toute son authenticité.

Et, c’est tant mieux parce que c’est exactement ce qui m’a menée là-bas !

Un accueil chaleureux et une situation un peu délicate à gérer…

Après trois heures d’avion depuis l’aéroport de Surabaya dans le nord de l’île de Java, j’atterris à Ujung Pandang, capitale de l’île également nommée Makassar. Topik, mon guide francophone avec lequel j’étais en contact sur internet m’attend à l’aéroport de Makassar avec sa femme Husline. Ils m’accueillent très chaleureusement tous les deux.

Sur le chemin du retour, Topik et Husline discutent dans la voiture en bahasa indonesia, sans que je puisse comprendre leurs propos. Je rappelle à Topik le nom de l’hôtel dans lequel j’ai fait une réservation afin qu’il m’y dépose. Fatiguée par mes dernières journées passées à Java, j’ai hâte d’arriver, de prendre une douche chaude et de m’affaler sur mon lit devant un plateau-télé… Comme à chaque fois que je change de pays, j’ai réservé une chambre dans un hôtel confortable, avec salle de bain, télévision et air conditionné. C’est mon sas de récupération avant de repartir d’un bon pied à la découverte d’un nouveau pays et de sa culture.

Nous arrivons devant mon hôtel et Topik me propose alors de m’héberger chez lui durant les deux nuits prévues à Makassar. Il m’explique qu’il en a discuté avec sa femme et qu’elle pense que ce n’est pas correct et amical de me laisser dormir seule dans un hôtel. Je les remercie et leur dis que j’en ai l’habitude, que cela ne me pose aucun problème, que je ne veux pas les déranger et enfin que cela ne me semble pas possible d’annuler mon hôtel au dernier moment…  Je suis fatiguée et n’ai vraiment pas envie de faire un effort de conversation pendant la soirée ! Après quelques minutes de discussion et d’échanges entre eux, Topik me dit que sa femme croit que je pense que leur domicile ne sera pas assez bien pour moi. Je comprends alors l’affront que je leur fais en refusant leur offre, me sens complètement honteuse et accepte leur proposition. Topik se précipite à l’hôtel pour annuler ma réservation. 

Soirée familiale avec Topik, Husline et leurs deux jeunes garçons

Les enfants qui apprennent l’anglais à l’école sont toujours heureux de pouvoir le pratiquer avec les touristes de passage et sont heureux de me rencontrer. Topik mon guide me dit que la chambre parentale est grande et qu’ils y dormiront tous les quatre pour me laisser la chambre des garçons. Husline ne parle pas anglais mais Topik me dit qu’elle aimerait que je fasse un plat de cuisine française chez eux le soir. Je vois s’envoler ma soirée peinarde devant TV5 monde et fais un tour dans la cuisine voir ce que je pourrais préparer avec les aliments présents. Pendant que Husline prépare un ragoût de poisson avec du riz, je prépare une omelette dans laquelle je coupe quelques morceaux de fromage. On ne peut pas dire qu’elle ait eu du succès ! Leur cuisine est tellement épicée qu’ils trouvent que mon omelette n’a aucun goût et pensent que ça ressemble davantage à un gâteau. Je discute longuement avec les enfants qui connaissent la France à travers la Tour Eiffel et Zidane.

Avant d’aller me coucher, Topik me dit qu’il m’emmènera le lendemain visiter le port de Makassar voir les pinisi, des voiliers en bois, construits selon une technique ancestrale par les Bugis, un groupe ethnique du sud de Sulawesi. Durant la nuit, je me lève pour aller aux toilettes et bute dans le noir contre un obstacle. Je m’aperçois alors que Topik et Husline ont en fait laissé leur chambre à leurs fils et dorment sur un tapis à même le sol.

Quel choc et quelle leçon pour moi ! Je me sens encore plus honteuse… Je leur explique le lendemain que jamais en France (ou très rarement…), un guide ou qui que ce soit accueillerait d’une telle façon un étranger dans sa maison. Ils ne comprennent pas et m’expliquent à quel point c’est naturel pour eux. Je pars l’esprit plus serein découvrir le port de Makassar avec Topik.

 

Makassar est un port connu pour ses « pinisi », de superbes voiliers en bois construits par l’ethnie des Bugis

Ces bateaux, utilisés depuis plusieurs siècles pour les échanges commerciaux entre les îles indonésiennes, les Philippines, la Malaisie et l’Australie sont inscrits depuis 2017 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ils sont construits par l’ethnie des Bugis qui sont de grands marins aux traditions millénaires puisées dans la construction navale malayo-polynésienne. Le terme de pinisi désigne le gréement et les voiles de la célèbre goélette de Sulawesi. Les connaissances et les savoir-faire liés à cette construction spécifique sont transmis de génération en génération au sein du cercle familial.

Pour assister à la construction de ces bateaux dans les chantiers navals, Il faut aller à Bira, une petite station balnéaire au sud de Sulawesi à quatre heures de bus depuis Makassar ou à Tanah Beru, à 18 km à l’ouest de Bira.

De nos jours ils embarquent également ponctuellement des touristes qui se déplacent d’île en île. Le capitaine du bateau sur lequel je suis montée me le propose. Mais, partager le quotidien et les conditions difficiles de vie à bord durant plusieurs jours de mer, seule, avec un équipage masculin, je ne le sentais pas du tout !

Après ces deux jours en famille à Makassar, changement de guide et de destination…

Topik me présente Eko, un jeune guide anglophone qui travaille avec lui et qui va me faire découvrir le reste de l’île. Je vais donc quitter le sud de Sulawesi pour remonter avec lui dans le centre du pays vers le pays Toraja.

6 Commentaires

  1. Roselyne DAMIENS

    Bonjour Hélène,
    Ma démarche va peut-être vous surprendre…
    Voilà l’objet de mon message :
    Mon mari et moi sommes des amis d’Eko Harwanto guide en Sulawesi depuis 2010.
    Nous n’avons plus de nouvelles de lui depuis bientôt 6 mois, ce qui est anormal. Nous sommes très inquiets surtout avec le Covid qui a l’air très actif en Indonésie.
    Je cherchais donc sur internet des guides francophones habitant Sulawesi, et c’est en trouvant Topic que je suis « tombée » sur votre blog, et j’ai vu que Topic vous avait présenté un jeune guide nommé Eko. I j’espère qu’il s’agit du même.
    Aussi pourriez-vous me donner les coordonnées de Topic afin que je le contacte pour savoir s’il peut lui-même, étant sur place, avoir des nouvelles d’Eko.
    Je vous remercie par avance d’avoir pris le temps de me lire et j’espère de me répondre .
    Cordialement
    Roselyne.

    Réponse
    • Hélène Salaün

      Bonsoir Roselyne, je n’ai plus de contact avec Topik, mais voici la page que j’ai trouvée sur ses services, avec son contact : https://sulawesi.jimdofree.com/
      Je ne me souviens plus du nom de famille d’Eko, mais vous pouvez voir sur un de mes articles le jeune Eko qui m’accompagnait. C’était quelqu’un de très sympa et très bon professionnel : https://www.heleneetlacledeschamps.fr/destinations/asie/sulawesi/rencontres-avec-la-population-locale-a-sulawesi/
      On le voit (de profil) dans le premier diaporama de l’article.
      J’espère que vous pourrez reprendre contact avec Eko et qu’il se porte bien.
      Cordialement.
      Hélène

      Réponse
      • DAMIENS

        Merci beaucoup Helène de votre réponse.
        D’après la photo sur votre blog, il s’agit bien du même Eko.
        J’ai écrit à Topik en lui rappelant votre visite chez lui et en lui demandant s’il pouvait aller chez Eko prendre de ses nouvelles (Eko habite Maros porche de Makassar).
        Ce qu’il a fait. Eko va bien mais il est plutôt déprimé compte tenu de la situation actuelle concernant le tourisme.
        Il a dû se séparer de son téléphone et fermer i ternet, faute de ressources, d’où son silence. Quelle tristesse.
        Topik a été très gentil d’intervenir aussi rapidement. J’espère que nous pourrons retourner bientôt en Indonésie pour faire sa connaissance.
        Nous sommes allés 4 fois en Indonésie, toujours avec Eko. Nous adorons ce pays.
        Compte tenu des nombreux voyages que vous avez faits je suppose que vous êtes comme nous, en attente de l’ouverture des frontières.
        De notre côté nous alternons Asie du Sud Est et Amériques du Sud et Centrale. Peu d’Afrique si ce n’est la Namibie 2 fois et le Cap Vert.
        Notre statut de retraités nous permets de partir 3 ou 4 mois dans l’année.
        Je vous remercie encore de m’avoir aidée dans mes recherches.
        Cordialement .
        Roselyne

        Réponse
        • Hélène Salaün

          Je suis heureuse d’avoir eu des nouvelles d’Eko et de Topik par votre intermédiaire. C’est sûr que leur équilibre de vie déjà fragile a dû totalement changer en l’absence de touristes !
          Je voyage davantage en Europe en ce moment et plus particulièrement en Italie, en attendant de meilleurs conditions pour voyager librement à nouveau.
          Beaux futurs voyages à vous !
          Hélène

          Réponse
          • Roselyne DAMIENS

            Bonjour Hélène,
            Je profite de cet échange pour vous féliciter pour votre blog. C’est un plaisir de vous lire. J’avoue n’avoir jamais encore lu un blog aussi bien construit et aussi bien écrit.
            C’est passionnant. Je n’ose même pas imaginer le nombre d’heures de travail que cela représente.
            Je n’ai consulté pour l’instant que les comptes-rendus concernant les pays que nous avons visités.
            Je ne manquerai pas de poursuivre ma lecture avec beaucoup d’intérêt.
            Bonne continuation à vous.
            Roselyne

          • Hélène Salaün

            Bonjour Roselyne, vous ne me voyez pas, mais j’ai rougi de plaisir en lisant votre commentaire !
            Si vous êtes heureuse de me lire, de découvrir des destinations, de partager mes rencontres et découvertes culinaires, c’est que l’objectif que je me suis fixé à travers ce blog semble être atteint ! Cela représente effectivement beaucoup de travail et beaucoup de temps pour une voyageuse-blogueuse solo d’écrire les articles, de trier les photos et de gérer les problèmes techniques de publication (je ne suis pas une pro de l’informatique…), après avoir préparé et effectué un voyage.
            J’ai encore beaucoup d’articles en cours de rédaction, notamment sur les pays d’ Amérique latine et centrale… Je ne peux que vous conseiller de vous abonner au blog pour recevoir tous les prochains articles dans votre boite-mail.
            Vous pouvez également me suivre sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/Helene.la.Cle.des.Champs
            ou sur Instagram : helene_cledeschamps
            Encore un grand merci pour vos encouragements !
            Hélène

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This