Don Khon et les 4000 îles - Laos

Slow-life à Don Khon dans les 4000 îles

» Destinations » Asie » Laos » Slow-life à Don Khon dans les 4000 îles

Cap sur Don Khon et les 4000 îles !

Il n’y a aucune côte et aucun accès à la mer au Laos puisque le pays est enclavé entre la Thaïlandele Vietnamla Birmaniela Chine et le Cambodge. Mais, il y a quand même 4 000 îles dispersées sur le Mékong dans cet archipel situé à l’extrême-sud du Laos !

Enfin, disons qu’il y en a 4 000…   Il y a en fait de très nombreux petits îlots couverts de végétation entre lesquels les bateaux de touristes et les barques de pêcheurs se faufilent sur le Mékong et trois îles habitées : Don Khong, Don Det et Don Khon.

Comment accéder aux 4000 îles ?

C’est très simple ! Pour se rendre à Si Phan Don, nom des 4000 îles en lao depuis Paksé au nord, il faut prendre un bus puis un bateau. Tous les tour-operators de Paksé proposent une offre complète qui comprend le songthaew (taxi collectif) qui vous prend à votre hôtel + le billet de bateau entre Nakasong où se trouve l’embarcadère de départ pour les îles de Don Det ou Don Khon ou l’embarcadère de Hat Xai Khun, situé à 20 kilomètres au nord de Nakasong. Il vous en coûtera 60 000 kips pour aller à Don Khong et Don Det et 65 000 kips pour Don Khon. Vous pouvez aussi prendre individuellement un bus public ou un songthaew à la gare routière de Paksé, puis acheter votre ticket pour la traversée en bateau une fois arrivé à l’embarcadère. Des mini bus partent toute la journée pour les 4000 iles.

Le trajet en bus dure 3h. En cours de route, on fait des arrêts « ravitaillement et toilettes », mais aussi un arrêt pour que les personnes qui vont à Don Khong descendent et continuent avec un autre bus. Vous reconnaîtrez aisément cet arrêt… Le chauffeur crie dans un anglais approximatif que seuls les touristes qui vont à Don Khong avec un g à la fin et non Don Khon avec un n à la fin, descendent. Personne n’y comprend rien avec son histoire de lettres à la fin… Grosse cohue et imbroglio ! Certains descendent du bus et récupèrent leur bagage en soute, avant de remonter dans le bus parce qu’ils avaient mal compris les consignes. Le bus repart enfin avec moitié moins de passagers jusqu’à Nakasong où tout le monde descend.

A l’arrivée, le bus vous laisse sur le parking d’une gare routière un peu éloignée de l’embarcadère. C’est là où vous appréciez de voyager léger ! -:) Avant de quitter la gare routière, pensez à prendre de l’argent dans les distributeurs automatiques ATM qui s’y trouvent. Vous n’en trouverez aucun sur les îles ! Et vous aurez besoin d’espèces durant votre séjour sur les îles car les commerces, guesthouses ou restaurants n’acceptent pas tous les cartes bancaires, loin de là ! Ensuite, pas de difficulté pour trouver le point de départ des bateaux, il suffit de suivre le flot des touristes et remonter la grande route jusqu’à la rivière. A droite de l’embarcadère se trouve la billetterie où vous devrez échanger votre ticket donné par l’agence pour un ticket de bateau.

L’heure du départ arrive, et les passagers sont dispatchés dans différents bateaux en fonction de leur destination finale.

Quelle île choisir ?

Le choix est assez simple et dépend de vos envies et de votre budget !

Don Khong : c’est la plus grande des îles (environ 20kms de longueur), la plus éloignée et la plus tranquille, à l’écart du flux touristique. Il faut 2h de bateau pour s’y rendre. Idéale pour ne rien faire, se reposer et visiter l’île à bicyclette ! Les prix des hébergements sur cette île sont plus élevés que sur les deux autres.

Don Det : c’est l’île la moins chère en matière d’hébergement, essentiellement fréquentée par les jeunes et les backpackers. Du coup, c’est aussi l’île où l’ambiance est la plus festive…

Don Khon : c’est l’ile ou il fait bon vivre… tranquille, familiale et rurale. De nombreux hébergements et restaurants au bord du Mékong, à tous les prix. L’île mesure environ 5kms de long et s’explore facilement à pied ou en vélo (10 000 kips la journée).

J’ai choisi de séjourner sur l’île de Don Khon qui correspondait parfaitement à mon envie de slow-life ! 

Que faire à Don Khon ?

Pour faire court, Don Khon est ce qu’on appelle communément un hâvre de paix… Il est doux d’y vivre, de jour comme de nuit.

J’y ai séjourné durant trois jours dans un bungalow de la Pan’s guesthouse, avec terrasse et hamac suspendu face au Mékong. Autant vous dire que je me la suis coulée douce et que je n’avais pas vraiment envie de bouger de ma terrasse ! Don Khon ne provoque pas une hyper-activité chez ses visiteurs…

Je me suis quand même fait violence et suis partie explorer l’île. J’ai beaucoup marché, mais il faisait très chaud et j’ai fini par louer un vélo (10 000 kips/jour) pour visiter l’île jusqu’au bout et faire un petit tour du côté de Don Det. Au détour des chemins, on découvre l’ambiance rurale de l’île, des petites rizières, des buffles, des temples et beaucoup d’enfants joyeux.

Au sud de l’île, il est possible de faire une balade en bateau (30 000 kips) pour essayer de voir les rares dauphins d’eau douce qui y séjournent, mais je n’ai pas tenté ma chance.

C’est au cours d’une de mes balades que j’ai vu un site insolite sur l’île. Ce n’est pas ce qui m’a le plus séduit, mais cela fait partie de l’histoire de Don Khon et des relations franco-laotiennes…

Dans le sud de l’île, on trouve des tronçons d’une ancienne voie ferrée et des vestiges d’anciennes locomotives. Curieux sur une si petite île, non ? En fait, dans cette partie du sud-Laos, des barres de rochers provoquent d’importantes chutes d’eau qui bloquent le cours du Mékong et rendent impraticables la navigation sur une partie du fleuve. Cet obstacle a amené l’administration coloniale française en 1893 à créer une voie de chemin de fer pour faciliter le transbordement de canonnières, de fret et de bateaux qui devaient assurer, en amont, la protection de la frontière nouvellement établie entre la Thaïlande et le Laos. La voie ferrée, à son heure de gloire, parcourait les îles de Don Khône et Don Det sur une longueur totale d’environ 14 kms et se terminait par un quai de transbordement à chaque extrémité. Un pont qui est toujours en bon état permettait de franchir le Mékong entre Don Khon et Don Det. La ligne de chemin de fer a été abandonnée en 1949 lorsque les autorités locales ont décidé de construire une route qui longe désormais la rive gauche du Mékong et contourne les obstacles naturels.

Chaque fin de journée, j’ai passé de superbes moments sur ce pont où la population locale et les touristes sont nombreux à se retrouver. Le spectacle y est gratuit, superbe et immuable ! 

Au programme :

  • L’observation de la technique patiente des pêcheurs sur leurs petites barques. Ils lancent incessamment leurs filets en faisant des ronds dans l’eau. De temps en temps, ils donnent de grands coups de rames dans l’eau pour diriger les poissons vers leurs filets, mais je n’ai jamais vu de pêches miraculeuses…
  • Le spectacle des fabuleux couchers de soleil sur le Mékong.  Il se déroule partout autour du fleuve. Le ciel se panache de nuances de bleu et de rose, les bougies et petites lanternes éclairées des terrasses des guesthouses et restaurants se reflètent dans le Mékong, une agréable douceur succède à la chaleur de la journée et les enfants jouent et se baignent au pied des maisons sur pilotis…

Que demander de plus ? C’était mon petit rituel de contemplation et de méditation chaque soir avant de m’attabler devant une bonne bière Lao et une assiette de Laap Kaï, le plat national. J’ai retrouvé ici le même bonheur qu’à Luang PrabangÇa doit être « l’effet Mékong »…

Ne pas louper la visite des cascades de Phapheng ! 

Je ne suis pas allée voir les cascades de Li-Phi à l’extrémité ouest de Don Khon (35 000 kips l’entrée), mais je suis partie visiter celles de Pha Pheng, les plus grandes chutes de l’Asie du Sud-Est et les plus impressionnantes du Laos.

J’y suis allée avec Edward et Myriam, deux français rencontrés dans le nord-Laos à Muang Ngoï que j’ai retrouvé par hasard dans la même guesthouse que moi à Don Khon.

C’est notre guesthouse qui a organisé notre déplacement. Il nous en coûtera 55 000 kips par personne (6€ environ) pour l’entrée des cascades. Nous traversons le Mékong dans un bateau style long-tail jusqu’à l’embarcadère de Nakasong où nous avions pris le bateau il y a quelques jours à notre arrivée et finissons la route jusqu’aux cascades en moto avec un tuk-tuk installé comme un side-car… Edward est assis à l’arrière de la moto, et Myriam et moi dans le tuk-tuk. A l’arrivée, nous pénétrons sur le site en franchissant un beau jardin où se trouvent plusieurs stands de restauration.

Les chutes de Phapeng sont impressionnantes, elles s’étalent sur plus de 10 kilomètres de long et peuvent atteindre une hauteur d’une vingtaine de mètres.

Leur débit est l’un des plus importants au monde et le bruit qui s’en dégage renforcent encore l’impression de force et de violence.

Et pourtant, on y voit des pêcheurs perchés sur des rochers, au pied des chutes. Les chutes de Phapheng abritent le poisson-chat géant du Mékong, un poisson très rare qui serait le plus gros poisson d’eau douce du monde.

Le site des chutes de Phapheng abrite aussi un temple où les villageois vénèrent un arbre sacré. Cet arbre centenaire se trouvait au milieu des rapides sur les rochers traversés par le Mékong. Lorsqu’il a été déraciné par le courant auquel il avait jusque là résisté, les villageois sont parvenus à le récupérer par hélicoptère.  Après l’avoir recouvert d’un linceul puis béni, ils l’ont placé dans un temple.

Don Khon et les 4000 îles étaient ma dernière étape au Laos où je suis restée 38 jours

C’est un pays authentique qui m’a enchantée. J’ai apprécié sa diversité du nord au sud et la gentillesse de la population. C’est un pays où j’ai vraiment eu envie de voyager en mode slow-trip !

Prochaine destination, le Vietnam, dans le sens inverse puisque j’arriverai à Ho Chi minh ville au sud et remonterai jusqu’à Sapa et la baie d’Halong dans le nord-Vietnam.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recette de la Moqueca de Peixe – Brésil

 Recette de la Moqueca de Peixe - l'intense parfum du BrésilJ'ai dégusté ce plat le jour de mon arrivée à Rio de Janeiro dans un restaurant sur la...

La cuisine en Birmanie

  Que mange-t-on en Birmanie ? C'est en prenant un cours de cuisine dans la ville d'Inle au Bamboo Delight que j'en ai appris...

Recette du curry de crevettes – Birmanie

Recette du curry de crevettes d'Inle en Birmanie - une recette riche en saveurs ! C’est en prenant un cours de cuisine dans la...

La cuisine du Bhoutan

Que mange-t-on au Bhoutan ?La cuisine du Bhoutan est très certainement la plus épicée au monde !  Et elle ne convient pas à tous...

Carpaccio de coquilles Saint-Jacques des îles

Une recette de carpaccio de coquilles Saint-Jacques iodée et parfuméeLes coquilles Saint-Jacques, très présentes dans la cuisine bretonne, rentrent...

Salade de prosciutto, poires, figues et parmesan

 Salade italienne salée-sucrée de fin d'été  J' aime beaucoup le mélange du jambon cru, des fruits et du parmesan !  La salade de Prosciutto de...

Recette du Rougail saucisses – Madagascar

Rougail saucisses de Madagascar   Le Rougail saucisses est une recette traditionnelle et populaire des îles de l’océan indien. L’île Maurice,...

Calendrier de l’Avent gourmand 2020

 Un calendrier de l'Avent gourmand pour un avant-goût de voyage...En ce mois de décembre 2020, pas de projet de voyage au pied du sapin et pas...

Recette du Pad Thaï – Thaïlande

Recette du Pad Thaï, plat traditionnel thaïlandais Le Pad Thaï est incontournable lors d'un voyage en Thaïlande ! J'en ai consommé...

Marchés à Madagascar

Scènes de vie sur les marchés à Madagascar.    

Comment est fabriqué le Lambrusco ?

 Fin de séjour en beauté dans la région de Bologne et Modène sur des notes fraîches et pétillantes ! Après avoir visité une entreprise de jambons...

Curry Massaman de pommes de terre – Thaïlande

Curry Massaman de pommes de terre  Temps de préparation : 20 minutes / Temps de cuisson : 40 minutes Ingrédients pour 4 personnes...

Courgettes farcies à la bolognaise ou « Zucchini ripiene alla bolognese »

 Les courgettes farcies à la bolognaise sont une recette typique et familiale de la région de Bologne en Emilie Romagne, mais font également partie...

Savez-vous comment est fabriqué le Parmigiano Reggiano ?

 Toujours en balade dans la région d'Emilie Romagne où je partage mes visites entre culture et agriculture ! Après avoir découvert la belle ville de...

Recette du Bibimbap – Corée du sud

 Le bibimbap, plat emblématique et incontournable de la cuisine coréenneCe plat populaire est un plat complet, économique et équilibré composé...

Que faire pendant deux jours à Delhi en Inde ?

  J'ai quitté la douceur du Kérala pour le tumulte de Delhi Alors que pour moi Kérala a rimé avec lâcher-prise et Ayurveda, Delhi rimera avec...

Recette du Kimchi de chou et petits légumes – Corée du sud

 En Corée, pas de repas sans kimchi !Au restaurant, on vous en sert même si vous n'en commandez pas. Il fait partie des "banchan", les petits...

Rites funéraires sur l’île de Sulawesi et combats de coqs dans le pays Toraja

7 h du matin. Une journée difficile m'attend dans le pays Toraja au centre de l'île de Sulawesi... Avant le XXe siècle, les Torajas pratiquaient...

Le Bonheur National Brut au Bhoutan

  Le « Bonheur National Brut » (BNB) ou Gross National Happiness (GNH) : qu'est-ce que c'est ?   Le concept de Bonheur...

Kanazawa et son sublime jardin

 Visite de Kanazawa, entre la mer du Japon et les Alpes japonaisesJe viens de quitter la ville de Kyoto au charme irrésistible pour la ville de...

Khokana et Bhaktapur, superbes cités traditionnelles au Népal

    Khokana et Bhaktapur, deux villes traditionnelles pleines de charme, à visiter absolument ! Durant mon séjour très...

Recette du Mie Goreng – Bali

  Recette du Mie Goreng, plat traditionnel balinaisDurant mon séjour à Bali, j'ai sympathisé avec Putu une guide-chauffeur balinaise...

Topik, un guide en or sur l’île de Sulawesi

  J'ai quitté l'île de Java pour celle de Sulawesi, aussi nommée île des Célèbes. L'Indonésie m'enchante toujours autant et...

Palighar, une guesthouse traditionnelle au nord de l’Inde

J'aime les belles histoires et les amitiés de voyage qui durent... J'ai rencontré mon amie indienne Karishma Pradhan à Kathmandou...

Site de Borobudur à Java

    Selamat Pagi ! C'est en bahasa indonesia, langue officielle de Java que je vous adresse ce bonjour depuis Yogyakarta...

Rouleaux de printemps aux crevettes – Vietnam

  Les rouleaux de printemps aux crevettes, un plat traditionnel du Vietnam Appelés "goi cuon" au Vietnam ou "spring roll" par les anglophones,...

Trek à Sapa au nord Vietnam

  Hasard et bonheur des rencontres durant un voyage... Ou comment je suis arrivée à Sapa, alors que j'étais un peu dans le brouillard, dans...

Les peintures phalliques au Bhoutan, c’est sacré !

  Suite de mes reportages sur les peintures au Bhoutan...Le métier de peintre est un métier qui ne craint pas le chômage au Bhoutan ! Tous les...

Recette de l’Amok Trei – Cambodge

  L’ Amok Trei est le plat national du Cambodge C'est dans l'école de cuisine Beyond Cambodgian Cooking Class située dans un petit village...

Momos au poulet – Népal

  Recette des momos, un plat traditionnel népalais Les Momos au poulet ou avec d'autres garnitures sont initialement originaires du Tibet, mais...

Pin It on Pinterest

Share This