Amérique du Sud

Un lama peut en cacher un autre…

par | 23 Juil 2015 | Amérique du sud, Apprentissages, Destinations, Equateur, Histoires de voyages |

» Destinations » Amérique du sud » Un lama peut en cacher un autre…

Première rencontre avec les célèbres lamas du Capitaine Haddock en Equateur

Ça y est ! Je suis super-contente, la passionnée de Tintin que j’étais enfant vient de réaliser un rêve… j’ai rencontré mes premiers lamas dans leur environnement naturel sur les flancs des volcans Cotopaxi (5897 m) et Chimborazo (6310 m) en Equateur !

On a toujours en tête cette fameuse image du lama qui crache sur le capitaine Haddock, mais en réalité c’est un animal plutôt sympa et très sociable, qui ne crache que lorsqu’il se sent vraiment en danger. Ceux que j’ai croisé avaient plutôt tendance à se sauver dès que j’essayais de les approcher de trop près…

Le lama fait partie d’une famille de quatre « camélidés » qui vivent en Amérique du sud : le lama, l’alpaga, la vigogne et le guanaco. Ils sont cousins et font tous partie de la même famille que le chameau et le dromadaire, mais, contrairement à eux ils ne possèdent pas de bosses…  Tous de la même famille, mais tous différents !

Je n’en n’ai vu que trois espèces en Equateur : le lama, l’alpaga et la vigogne. J’en reverrai plus tard au Pérou et en Bolivie.

Il faut jouer au jeu des différences pour les identifier. Au bout de quelques jours en Equateur, j’étais au point ! Première grande différence… Les lamas et les alpagas sont des animaux domestiques, alors que les vigognes sont toujours sauvages. 

Ensuite, c’est surtout une question de poil… Je vous explique tout cela !

Connaissez-vous les différences entre les lamas, les alpagas et les vigognes ?

Le lama est le plus grand et mesure environ 1,70 mètres pour 150 kgs. Il a vraiment une petite tête de chameau, avec de beaux yeux et un air “hautain”. 

C’est aussi le plus résistant. Il est surtout utilisé comme bêtes de somme pour le portage, mais est également utilisé comme viande.

C’est un animal intelligent qui comprend les ordres et est indispensable aux communautés paysannes.  Il vit, comme ses cousins, entre 15 et 20 ans.

La différence la plus importante entre les deux animaux domestiques – lama et alpaga – se situe au niveau du pelage.

Le lama est une bête rustique avec des mêches de poil épaisses. Sa laine est un peu rêche et est utilisée pour les pulls et couvertures.

Alors que l’alpaga a un poil dense et touffu, avec un aspect plus bouclé et soyeux.

L’alpaga est le plus compact et le plus touffu. Il est aussi plus petit que le lama en mesurant environ 1,50 mètres pour 70 kilos. Il est trop petit pour être utilisé comme bête de somme, alors on l’élève surtout pour sa laine haut de gamme, légère, douce et résistante, très côtée dans l’industrie textile de luxe. Il produit beaucoup de laine qui peut se vendre très cher. C’est une  source importante de revenu pour les éleveurs locaux, selon la catégorie de laine produite.
Petite info indispensable si vous voulez faire des achats sur place… Il existe trois types de laine. L’ “Alpaca Fleeze” qui est une laine commune surtout utilisée pour les manteaux. La “Baby Alpaca” qui est la laine récupérée à la toute première tonte de l’alpaga. C’est une laine d’une qualité supérieure et très douce. Enfin, la “Royal Alpaca” qui est sélectionnée parmi les meilleures fibres de baby alpaca et ne représente qu’1% de la production mondiale. Evidemment, les prix sont en relation avec la qualité et la rareté du produit…
L’alpaga domestique descend de la vigogne sauvage et se montre moins sociable que le lama. On dirait un nounours ou un gros caniche… mais, attention, il peut cracher et donner des coups de pattes ! 

 

La vigogne est plus petite, gracile et sauvage. Elle atteint à peine 1,30 mètres et a un pelage extrêmement fin et très côté. La vigogne est facilement reconnaissable car elle est plus petite et fine que le lama et l’alpaga.

De couleur rousse,  on la rencontre en liberté sur les plateaux andins. On la surnomme “la toison d’or” et les Incas l’appelaient “la laine des Dieux”.

Plus douce, plus rare et plus chère encore que l’alpaga ou le cachemire, la laine de vigogne est produite en petite quantité et reste la laine la plus luxueuse entre toutes vendue dans l’industrie du luxe. Un pull en laine de vigogne se vend environ 2000 € en Europe… 

Enfin pour finir le tour des camélidés d’Amérique du sud, sachez qu’il existe aussi le guanaco. C’est le plus grand des quatre animaux qui mesure environ 1,80 m pour un poids de120 kgs. On le trouve essentiellement dans le sud du Pérou jusqu’à la Patagonie. J’y suis allée, mais je n’en n’ai pas vu et n’en n’ai donc pas de photos ! La fourrure du guanaco est brun fauve. Elle est moins épaisse que celle des lamas et des alpagas. Apparenté au lama, le guanaco n’a pas été domestiqué, contrairement à celui-ci.

Et voilà ! maintenant vous savez tout (ou presque)… sur les lamas et leurs cousins d’Amérique latine

0 commentaires

Pin It on Pinterest

Share This