Tout le monde à table ! Marchés, cuisines et recettes d'Asie

La cuisine en Birmanie

par | 30 Jan 2016 | Birmanie, Recettes, Recettes d'Asie, Tout le monde à table ! | 0 commentaires

» Destinations » Asie » Birmanie » La cuisine en Birmanie

Que mange-t-on en Birmanie ?

C’est en prenant un cours de cuisine au Bamboo Delight avec Sue et Leslie à Inle que j’en ai appris un peu plus sur la cuisine en Birmanie.  N’hésitez pas à prendre un cours de cuisine avec eux ! C’est un couple adorable très ouvert aux rencontres et au dialogue qui accueille en anglais les touristes dans leur maison et reverse 15% du prix des cours à des associations et des écoles. Ils espèrent que le tourisme va se développer en Birmanie et veulent préparer les futures générations à travailler pour les touristes. Ils souhaitent accueillir des volontaires de toutes nationalités qui pourraient transmettre leurs savoir-faire et donner des cours de langues aux enfants.

La cuisine birmane est très variée et très saine et propose une grande variété de currys, de soupes et de salades. Elle est fortement influencée par les apports ethniques internes, mais également par les pays voisins, Laos, Thaïlande, Chine ou Inde.

Le repas typique birman se compose généralement d’un curry (hin), accompagné de riz (htamin), d’un bouillon et d’une multitude de petits plats, notamment de légumes. On apporte tout en même temps sur la table et on prend ce qu’on veut. J’adore ces « buffets birmans » qui sont proposés dans de nombreux petits restaurants.

Les Currys (Hin)

Les currys sont très savoureux, cuisinés généralement au mouton ou poulet. Leur goût est différent des currys auxquels nous sommes généralement habitués. Leur saveur inédite provient d’un assaisonnement avec de l’ail, du gingembre, des oignons, du curcuma, de l’huile et une substance omniprésente dans la cuisine birmane : le ngapi, une sorte de pâte de poisson fermenté ou de crevette qui donne un goût assez prononcé au curry. Peu de curry de bœuf, car les Birmans considèrent cet animal comme un compagnon de travail. Pas de porc non plus, ce dernier étant mal vu des nat (esprits) ! Le curry est servi avec du riz et un bouillon.

Le riz (Htamin)

Le riz utilisé en Birmanie est préparé selon différents modes de cuisson. Il peut être cuit à la vapeur, dans l’eau bouillante ou frit, mais très souvent le riz birman est aromatisé au lait de coco et enveloppé dans une feuille de banane. Le riz est au Birman ce qu’est le pain aux Français et les plats de riz gluant sont très populaires. On le mange en faisant des boules que l’on mélange avec du poisson ou de la viande.

Le poissons et les fruits de mer

Le poisson est un mets important en Birmanie. Il provient très souvent d’eau douce, de lac ou de rivière, mais la proximité du golfe du Bengale ou de la mer d’Andaman permet également de manger de très bons poissons de mer. J’ai surtout mangé du poisson du Lac Inle. Une de leurs spécialités est le Tilapia, un poisson cuit soit à la vapeur, soit frit qui offre une saveur délicieuse et particulière. Une autre spécialité est le “tiger curry” aux crevettes. La sauce au curry à base de tomate est riche et délicieuse et s’accompagne parfaitement avec du poisson ou des fruits de mer. Les crevettes se mangent avec des ingrédients locaux comme le curcuma, la sauce de poisson, les échalotes, l’ail, le piment et le gingembre…

Les salades (Thok)

Il y a de nombreuses sortes de salades en Birmanie, et ça tombe plutôt bien, c’est ce que je préfère manger ! En voici quelques unes : la salade “Shaw Ti Tok” (salade de citrons et d’oignons), la salade “Kyan Djin Ti Tok” (salade de chou à la cacahuète et de tomate verte), la salade “Pom Yi Dji Tok” (salade de purée de pois noirs avec de l’ail et du vinaigre), la salade “ma gyi ywet thoke” (salade de jeunes feuilles de tamarin, un délice) ou la “phet thoke” ma préférée, une délicieuse salade de feuilles de thé à la tomate et aux cacahuètes, d’origine Shan. Manger du thé était autrefois un usage très répandu en Asie mais seule la Birmanie a conservé cette habitude. La salade “Lephet Thok” à base de feuilles de thé vert, de petits pois, de crevettes séchées, de graines de sésame et de la noix de coco, est souvent servie en fin de repas. C’est un mélange de feuilles de thé marinées, du chou, oignons, tomates, ail, huile, sel et un mélange de haricots et d’arachides grillés. Pour donner plus de goût, vous pouvez aussi ajouter des crevettes séchées, des graines de sésame grillées et des tomates hachées.

Les plats traditionnels et les soupes

Le plat national : la mohinga, une soupe de poisson aux nouilles. C’est une soupe de nouilles et de poissons habituellement consommée pour le petit déjeuner, mais il est possible d’en acheter tout au long de la journée dans les échoppes de rue. La soupe se compose d’ail, d’oignons, de riz, de citronnelle, de gingembre, de sauce de poisson, de la farine de pois chiche et elle est servie avec du vermicelle et du riz. Les “hot pot”, une des nourritures de rue les plus populaires et les moins chères est très répandue dans les marchés de nuit. Sur un étal,vous trouvez des pics en bambou et des abats de porc : foie, intestins, oreilles, langue, coeur, peau, cerveau…. Vous prenez l’abat de votre choix et vous le trempez dans un pot de vapeur chaude. Quand la cuisson vous convient, c’est le moment de le tremper généreusement dans la sauce chili. Quant aux plats qui les accompagnent, il y en a pour tous les goûts : légumes en saumure, crus, cuits ou bouillis, mais aussi de petits mets typiquement birmans comme le balachaung (crevettes séchées et pilées avec de l’ail frit).

Les desserts

Le Falooda est le dessert n°1 au Myanmar. C’est une boisson-dessert, fraîche et douce qui est faite avec du sirop de rose, de vermicelle, des graines de basilic, des morceaux de gelée, des perles de tapioca – mixées avec de l’eau, du lait et de la crème glacée. Les Birmans aiment bien ces goûts sucrés et souvent, à la fin d’un repas, ils vous servent des morceaux de jaggery, un sucre tiré de la sève du palmier, très sucré. Mais pour moi, comme dans tous les pays que je traverse, ce sera des fruits en dessert. Dans ce climat tropical, il y a une abondance de fruits exotiques et de saveurs nouvelles pour un palais français… Durian, jacquier, mangoustan, pastèque jaune, ramboutan, litchis, papayes, mangues, fruits de la passion…

Que boit-on en Birmanie ?

  • Du thé ! c’est la boisson nationale, comme un peu partout en Asie. Le thé servi est souvent du green tea, un thé vert chinois qui se boit non sucré. Un thermos de ce green tea est posé d’office sur presque toutes les tables des gargotes. Quant au véritable burmese tea, d’influence anglaise, il est préparé avec du lait et du sucre ou tout simplement du lait concentré sucré.
  • Des bières locales. En général, de la Myanmar Beer.
  • Il existe aussi du vin birman : la production d’Aythaya, lancé par un Allemand près du lac Inle, ainsi qu’une production de qualité d’un viticulteur français (Red Moutain), également installé sur les côteaux du lac.
  • Des jus de fruits frais : d’orange, de mangue, d’ananas, d’oranges, de pastèque, d’avocat… Excellents ! Faire attention à ce que ces jus ne soient pas coupés avec des glaçons ou de l’eau pas toujours purifiée…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This