Abécédaire de mon aventure

(Avant mon départ)

A 

Aboutissement : Quand j’étais jeune, je rêvais de vivre plus tard comme les aventuriers, les « humanitaires », les grands reporters… Enfin, en quelque sorte un peu comme Tintin dont j’étais une lectrice assidue ! Mais, comme je l’ai toujours entendu dire dans ma famille, on ne fait pas ce qu’on veut dans la vie ! La vie en a donc décidé autrement… Quand, à l’âge de 50 ans, immobilisée dans une chambre d’hôpital pendant de longues semaines en raison d’un cancer, et dans la plus totale incertitude de ce qu’allait devenir ma vie, ces projets de jeunesse, enfouis très profondément en moi, sont remontés à la surface. Et, je me suis dit que, si je survivais, il ne serait pas trop tard pour réaliser mes rêves.

Administratif : La pire des corvées pour moi ! Refaire un nouveau passeport, car l’ancien n’avait pas suffisamment de pages pour mon voyage. Certains pays demandant d’avoir deux pages face à face ou une page vierge à la suite de leur visa. Expliquer cela à l’employée de mairie…Faire mon changement d’adresse à La Poste pour faire suivre mon courrier chez ma fille, et lui faire une procuration pour aller chercher les recommandés en mon absence. Informer mes deux banques, leur demander de m’envoyer des mails en cas de problème et de ne pas bloquer mon compte… Faire une procuration pour ma fille. Prendre une assurance spéciale « grands voyages et tour du monde ». Comparer les différentes offres pour savoir ce qu’ils couvriront en cas de maladie, accident ou décès à l’étranger (j’ai choisi Chapka Assurances)… Annuler ou pas ma mutuelle ? Faire des prélèvements pour tout ce qui était possible. Prévenir les impôts de ma nouvelle situation, afin d’être exonérée de taxe d’habitation pendant mon absence…

Alimentation : Le fil rouge de mon projet. Je suis membre de Slow-Food, une association internationale, présente dans 160 pays, qui promeut la biodiversité alimentaire. J’adhère de plus en plus à sa philosophie qui préconise de  « consommer bon, propre et juste ». Durant mon périple, je vais déguster les produits locaux et traditionnels,  découvrir le patrimoine culinaire de chaque pays, et voir la mise en oeuvre du projet de Slow-Food « 10 000 jardins en Afrique ».

Ami-es : Difficile de quitter ses ami-es, avec lesquelles on déjeune ou on dîne pratiquement chaque jour, avec lesquelles on rigole sans arrière-pensée et sans jugement. Je compte sur internet pour garder un contact aussi proche que possible ! Je vais en avoir besoin…

Appartement : Une grande et difficile décision ! Pour réaliser mon rêve de voyage, j’ai besoin de disposer d’un certain budget. Et, ma pension de retraite est insuffisante pour pouvoir mener mon projet… d’autant que je n’ai pas fini de payer mon appartement. La vie n’étant faite que de choix, je me résous donc à vendre cet appartement que j’aime tant, dans le centre de Nantes.

B

Banque : Après les années de galère, de refus de prêt et de relations délicates avec les banques, en raison de mes problèmes de santé, je suis accueillie à bras ouverts pour placer le capital de la vente de mon appartement ! Quelle jouissance et quel « luxe » de faire jouer la concurrence dans une position confortable… Pour mon voyage, je décide de prendre deux cartes bancaires, dans deux établissements différents, dont un uniquement en ligne. Je suis particulièrement vigilante aux commissions prises lors de retraits ou d’achats à l’étranger. Par expérience, je sais aussi que la carte Visa est celle la plus communément acceptée partout.

Bilan de santé : Check-up complet avant mon départ. J’ai passé de nombreuses heures dans les salles d’attente et cabinets du cancérologue, gastro-entérologue, dermatologue, gynécologue, dermatologue, médecin-généraliste, dentiste et Centre de vaccination internationale au CHU de Nantes. J’ai passé avec succès tous mes examens et contrôles… Feu vert pour mon départ !

Blog : Pour moi, la réalisation d’un blog allait de pair avec mon voyage. La première question était de lui donner un nom qui reflète mon projet et mon état d’esprit. Après de nombreuses cogitations, brainstorming et folles propositions avec les copines, je choisissais « La clé des champs » qui reflétait en même temps une liberté retrouvée après 42 années de travail et mon projet de rencontres au cours de mon voyage avec des personnes impliquées dans la sauvegarde de la biodiversité alimentaire. Ensuite, il m’a fallu acheter le nom de domaine et faire héberger mon site, puis créer une identité graphique qui symbolise le projet et me ressemble. Ma « clé » est ainsi née ! Il restait à réfléchir à une arborescence, au contenu, à la navigation et à l’apparence du blog réalisé sous wordpress. Un très grand Merci à Jérémie, Greg, Laurence et Joachim pour leur aide, leur disponibilité et leur infinie patience !!!

Bonheur : Je suis sûre qu’il est au bout du chemin…

Budget : Difficile d’évaluer le budget nécessaire à mon voyage ! Je commence mon voyage par des pays chers, en terme d’hébergement, d’activités (safaris) et de dépenses de la vie quotidienne, en Afrique australe. Ce sont aussi les pays où je crains le plus pour ma sécurité et ma tranquillité en tant que femme seule et où je réserverai des hôtels sûrs. Autre pays « cher », le Bhoutan qui exige un forfait quotidien de dépenses incompressible, et où il y a peu de chances pour que j’y retourne… Enfin, je ne souhaite pas louer de voiture et conduire à gauche dans des pays où les permis de conduire s’achètent et où un étranger aura obligatoirement tort en cas de problème. J’aurai donc recours à des chauffeurs et des guides quelquefois. Je m’alloue donc une enveloppe budgétaire prélevée sur la vente de mon appartement + le montant de ma retraite et décide de voyager dans des conditions répondant à tous ces critères jusqu’à ce que l’enveloppe soit vide. À moi de la faire durer le plus longtemps possible ! Pour me remonter le moral, côté « économies », je comptabilise les dépenses que je ne ferai plus en terme de remboursement d’appartement, de charges de co-propriété, d’assurances, de transports, de téléphone, d’eau, de gaz et d’électricité, de vêtements, de courses alimentaires et domestiques, de loisirs…

C

Cachou : Sniff… Je dois me séparer de ma chatte Cachou, âgée de 7 ans. Je n’aurai jamais cru que ce serait aussi difficile. Cachou vit désormais comme une petite princesse chez un jeune homme qui l’a adoptée.

Cancer et Choix de vie : Aristote a dit « on a tous deux vies, la deuxième commence quand on s’aperçoit qu’on en n’a qu’une« . A la suite d’un cancer et d’une hospitalisation dans un état grave en 2003, je me suis aperçue que je n’étais pas immortelle. Je me suis alors fait la promesse du fond de ma chambre d’isolement que si je m’en sortais, j’irai rencontrer mes voisins du monde.

Contact – Communication : Très importants pour une voyageuse solo les contacts et les moyens de communication ! Mails, Skype, Facetime, What’s App, Blog et Facebook sont au programme pour rester en contact.

D

Déménagement : Comme toujours, une galère… Et, cette fois-ci encore un peu plus parce que je dois faire rentrer 65 m2 (appartement + cave) dans un box de 9 m2 ! Difficile équation… J’ai donc fait un grand tri, j’ai beaucoup donné et beaucoup jeté ! Et, curieusement, plus je m’allégeais, plus je ressentais un sentiment de soulagement et d’apaisement.

Durée : Au départ, je ne m’étais pas donné de limites pour ce voyage, en me disant que je rentrerais quand j’en ressentirai l’envie. Mais, des Rv médicaux incontournables m’imposent de rentrer au bout de 9 mois. Le temps d’une grossesse, comme si je portais une nouvelle vie… Amusant, non ? Je prévois donc de rentrer en France en avril, avant de repartir pour continuer mon voyage …

Destinations prévues :

L’Afrique australe : Afrique du Sud, Namibie, Tanzanie, Mozambique et Madagascar

L’Asie : Inde, Bhoutan, Birmanie, Thaïlande, Cambodge, Laos, Vietnam, Chine, Corée du sud, Japon

L’Océanie : Australie, Nouvelle-Zélande, Polynésie

L’Amérique du sud : Argentine, Chili, Pérou, Bolivie

L’Amérique centrale : Costa Rica, Equateur, Jamaïque

L’Amérique du nord : Californie, New York, Québec, Canada

L’Europe : Islande, Finlande, Norvège, grandes villes russes, Mongolie

E

Etat d’esprit : Fatiguée par la charge de travail et la charge émotionnelle que représente ce départ, calme et confiante dans mon projet, excitée et un peu inquiète par ce que cette nouvelle vie me réserve, stressée et émue par tout ce que je quitte… Quand je doute, une seule pensée… Surtout, regarder en avant !!!

Equipements informatiques : Avant de partir, je renouvelle et acquiert de nouveaux équipements informatiques et photo pour être plus autonome et plus légère dans mes moyens de communiquer. Ce qui se traduit par de nouveaux apprentissages…

F

Famille : Comme pour les ami-es, difficile de « prendre la clé des champs » et de partir sans se retourner en laissant sa famille derrière soi. Fille et gendre qui m’ont accompagnée dans les moments difficiles ces dernières années, petits-enfants qui grandissent trop vite et avec lesquels j’aime partager de bons moments, mère de 93 ans que l’âge et la maladie affaiblissent de jour en jour, frère et soeurs auxquels je laisse gérer cette situation difficile et délicate et avec lesquels je ne partagerai pas d’heureux repas de famille pendant un certain temps, avec leurs conjoints et leurs enfants. Nous sommes une famille nombreuse, toujours heureuse de se retrouver. En même temps, je sais que je peux compter sur la compréhension et le soutien de toutes et tous, et je suis certaine qu’ils m’accompagneront par mails ou Skype interposés.

Femme seule : J’ai l’habitude de voyager seule, et j’aime ça. La solitude ne me coûte pas. En revanche, une femme qui voyage seule dans certains pays peut représenter une forme de provocation ou d’invitation pour certains hommes. Pour réduire le risque d’être importunée, trois de mes amies m’ont offert une bague-alliance qui devrait faire un premier « barrage » et en décourager quelques-uns. Voyager seule, cela veut dire aussi penser « poids léger » pour ses bagages, et d’une manière générale « penser à tout » pour éviter de se retrouver dans des situations délicates.

G

Gouinn-gouinn :  Couinette la canette (son autre nom) m’accompagnera dans mon tour du monde. Elle m’a été offerte il y a 25 ans par ma fille qui l’avait gagnée dans une fête foraine. Légère et discrète… elle m’a accompagnée dans les mauvais moments, notamment à l’hôpital au cours de mes opérations ou de mes cures de chimio. Elle mérite bien de partir un peu en vacances, elle aussi !

Gestion de projet : J’ai géré ce voyage pratiquement comme j’ai géré des projets de communication événementielle depuis plus de vingt ans. Avec « contexte, objectifs, cibles, budget, planning, contraintes, point forts, points faibles, opportunités  » . J’y ai ajouté  » surprises (bonnes et mauvaises), imprévus, retards, détours, coups de blues et coups de coeurs éventuels… « Et, quoiqu’il en soit, je m’accroche à cette jolie citation d’Oscar Wilde « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles »…

H

Habitudes : J’aime ne pas avoir d’habitudes, donc le changement de vie, de rythme, de logement, de nourriture, de langue, de cultures, de paysages ne me font pas peur. Au contraire… même si je sais que cela ne sera pas toujours facile et que cela va me poser quelques problèmes et remises en question. Je pense exactement comme Mark Twain et Laurent Gounelle entre autres : « Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. » (Mark Twain) et « Si tu veux rester jeune toute ta vie, continue d’évoluer, d’apprendre, de découvrir, et ne t’enferme pas dans des habitudes qui sclérosent l’esprit, ni dans le confort engourdissant de ce que tu sais déjà faire ». (Laurent Gounelle – auteur de « L’homme qui voulait être heureux »)

Hébergements : En général, je privilégierai les guesthouses, plus conviviales et propices aux échanges, que les hôtels. Dans une gamme de budget moyen, mais en m’accordant des coups de coeur de temps en temps, et en privilégiant ma sécurité et celle de mes biens avant tout. En privilégiant aussi les établissements avec wifi.

Heureuse : Etat dans lequel je suis actuellement en préparant et en imaginant mes prochains voyages. Même état que celui dans lequel je suis en regardant les photos de mes voyages passés ou à mon retour… Donc, un état qui dure et devrait être remboursé par la Sécurité sociale ! Heureuse qui comme Hélène prépare un beau voyage…

I

Itinéraire : Pas d’itinéraire figé… mais quelque destinations privilégiées. Pour le reste cela dépendra des rencontres, de la météo, de problèmes politiques locaux, des envies… Voir à la lettre D comme Destinations.

J

Jour J : Départ Dimanche 5 juillet 2015. Un dimanche pour que je puisse passer une dernière soirée la veille avec ma fille, mon gendre et mes petits-enfants et pour pouvoir en profiter jusqu’à la dernière minute le lendemain à l’aéroport. Ces derniers moments intimes et tranquilles en famille me seront précieux.

K

Kilos : Difficile, mais indispensable de limiter le poids de mon sac. Que prendre, que laisser ? Dans ma tête se bousculent les « et si jamais j’avais besoin de … et s’il fait chaud, froid, s’il pleut… si je fais beaucoup de marche… si je fais de la plongée… si je tombe malade… si je suis invitée à une cérémonie ou à une soirée… ». Dans ces moments-là, je pense toujours aux paroles de Jean-Christophe Ruffin qui écrit dans son livre « Immortelle randonnée » sur son chemin de Compostelle, que l’on emporte avec soi le poids de ses peurs. C’est tellement vrai ! J’ai décidé de ne pas avoir peur et de trouver des solutions et des réponses locales à mes problèmes.

L

Lectures : Les livres sont pour moi « les » premiers compagnons de voyage ! Et pour des raisons évidentes de poids (voir la lettre K…), je ne peux pas prendre beaucoup de livres avec moi. J’en ai donc pris trois, en me disant que je ferai des échanges en route ou que j’en achèterai dans des pays francophones. J’ai même fait le calcul qu’en lisant 10 pages par jour (ce qui est peu), je pourrai avoir environ 109 jours de lecture avec mes trois livres (d’environ 365 pages), et ainsi tenir jusqu’à Madagascar où j’espère pouvoir renouveler mon stock.

M

Moral, Mental : Le moral est bon. J’ai suffisamment cogité sur ce choix de vie ces dernières années pour penser que je ne me trompe pas. Le mental, il faudra qu’il soit à la hauteur du projet…et que j’adapte mon parcours et mon rythme en fonction de ma fatigue et de mes états d’âme.

Médicaments : Voir à la lettre S (Santé)

N

Népal : Un tournant dans ma vie de voyageuse, puisque je m’y suis rendue en qualité de volontaire pour l’association Planète Urgence en 2013, pour faire de la formation aux techniques de communication et à l’organisation événementielle à l’ONG « Worldlife Conservation of Nepal », basée à Kathmandou. Une belle initiative de mon employeur « le Conseil général de Loire-Atantique » en partenariat avec Planète urgence. Pour la première fois, je séjournais dans un pays étranger, autrement qu’en simple touriste. Une bonne expérience pour mieux appréhender la vie locale.

O

Objectif de mon voyage :  Allier à mon goût du voyage et à la découverte des multiples facettes culturelles d’un pays, ma curiosité gourmande pour les diversités alimentaires dans le monde. Faire un savoureux voyage dans les traditions et cultures de nos « voisins » du monde, du champ jusqu’à l’assiette, loin de l’uniformisation et de la mondialisation de notre alimentation.

Obsession : Si comme moi, vous vous dites un jour « quand je serai en retraite, je partirai faire un tour du monde », je peux vous dire qu’il faut une sacrée dose de motivation quasi mono-maniaque, proche de l’obsession, d’obstination, de patience et d’un moral à toute épreuve ! Cela ne quitte pas mon esprit jour et nuit depuis de longs mois… au risque de lasser sérieusement mon entourage !

P

Papiers, Passeport : Voir à la lettre A comme Administratif

Peur : Voir à la lettre K (kilos) pour le poids des bagages qui représente bien souvent le poids de ses peurs… Mais, en réponse à la question qui m’est le plus souvent posée « est-ce que tu n’as pas peur ? », je réponds à cette question « Peur de quoi ? ». Peur d’être agressée, volée, violée, victime d’un attentat, d’une prise d’otage, d’un accident d’avion, d’un tremblement de terre, d’un tsunami ??? Oui, bien sûr, mais pas plus qu’en voyageant en France (enfin pas pour les tremblements de terre et les tsunami…) ! En général, mon interlocuteur en vient finalement au vrai sujet de sa question. Non…. mais, peur de la solitude ? Alors, là… je vous renvoie à la lettre S, comme solitude !

Préparation, Planification : Voir à la lettre G comme Gestion de projet

Q

Questionnements :  ils sont multiples avant un tel changement de vie, d’ordre divers et variés et çette remise en cause fait beaucoup de bien. Un tel projet impose de se poser de nombreuses bonnes questions, de faire des choix et le tri dans ses priorités.

R

Retraite : Enfin, le jour tant attendu est arrivé ! Non pas, parce que je n’aimais pas mon travail, bien au contraire, mais parce qu’après 42 années de travail, je peux désormais passer à autre chose… J’ai adoré gérer des projets événementiels, mais l’événement auquel je vais m’atteler désormais, c’est mon voyage et ma 2ème vie !

Rêve : « Fais de ta vie un rêve, et  d’un rêve une réalité  » (Saint-Exupéry) – « On rêve trop souvent les yeux fermés, il faut plutôt rêver les yeux ouverts » (Mike Horn). Rien à ajouter !

Retour : Une inquiétude pour beaucoup de personnes auxquelles je parle de mon projet, mais pas pour moi. Je louerai un appartement à mon retour et prendrai le temps de réfléchir à l’endroit où je voudrai vivre à l’avenir.

S

Saut dans l’inconnu : « Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse ». (Nelson Mandela) – « Beaucoup de gens vivent dans la caverne de Platon sans s’en rendre compte. Ils ont une peur bleue de l’inconnu et refusent tout changement qui les touche personnellement. Ils ont des idées, des projets, des rêves , mais ne les accomplissent jamais, paralysés par mille peurs injustifiées , les pieds et les poings liés par des menottes dont ils sont pourtant les seuls à avoir la clé . Elle pend autour de leur cou, mais ils ne la saisiront jamais » (Laurent Gounelle). Rien à ajouter !

Solitude : Apparemment, c’est davantage un problème pour les autres que pour moi-même ! « Aimer vivre et voyager seule » suscite toujours quelques interrogations dans la société actuelle. Le voyage en solitaire peut même paraître pour certains comme une fuite. Moi, je le conçois comme un moment unique, rare, privilégié où on laisse sa vie « préfabriquée » derrière soi, où l’on cesse de devoir ou vouloir « paraître » et où l’on va à la découverte de soi, de ses capacités, de ses limites, de ses besoins, de ses envies … On jouit de bonheurs simples chaque jour et on savoure les rencontres éphémères faites dans des endroits improbables. En voyage solo, on est disponible aux autres et tous les sens sont en éveil. On se remplit avec bonheur d’un environnement qui se renouvelle sans cesse… Convaincue, comme l’écrit Nicolas Bouvier que « L’on croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait« 

Slow-food : Voir à la lettre A comme Alimentation

Sac de voyage : J’ai passé de très nombreux jours à chercher le « bon » sac, à fouiller dans les forums de voyageurs, à faire le tour des sites et des magasins de sport. J’ai hésité entre un sac à dos et un sac à roulettes, chacun ayant des avantages et des inconvénients. Quelle taille prendre, quel poids pourrais-je porter sur une longue durée ? J’ai finalement opté pour un sac à roulettes de 70 litres de la gamme de sacs de sport et de voyage Osprey. Je vous dirai à mon retour si c’était un bon choix !

Santé : Voir à la lettre C comme Check-up. Quelques détails supplémentaires sur les vaccins. En fonction de mon itinéraire, le Centre de Médecine Tropicale du CHU de Nantes a déterminé les vaccins dont j’avais besoin. Les vaccins sont davantage conseillés qu’obligatoires, exceptés pour la fièvre jaune dans certains pays. Chacun fait ce qu’il veut ensuite… mais je n’ai pas envie de prendre des risques et me retrouver au fond d’un lit d’hôpital au bout du monde. La fièvre typhoïde, l’hépatite A et B, la rage, la fièvre jaune, les autres maladies telles que diphtérie-tétanos-polio et rougeole-rubéole-oreillons… je subis tous les vaccins ou rappels de vaccins et reçois des conseils et prescriptions médicales pour d’autres maladies telles que l’encéphalite japonaise, la dengue, le chikungunia ou le paludisme. Quant aux médicaments, mon médecin-généraliste me prescrit des antalgiques, antibiotiques, anti-diarrhéiques, anti-allergiques, anti-spasmodiques, des médicaments de premier soin en cas de brûlure, de coupure, des compresses désinfectantes, des pansements, des antiseptiques, des seringues à usage unique, des produits solaires et des anti-moustiques spéciaux pour les zones tropicales…

T

Temps : Pour la première fois de ma vie depuis bien longtemps, je vais avoir du temps ! Quel luxe et quelle bonheur ! Et, je ne pourrais mieux le dire qu’en citant Françoise Sagan « Mon passe-temps favori c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps ».

Transports : L’avion pour les grands déplacements, et au maximum, le bateau, le train, le bus, le scooter, le vélo et les petits moyens de transport locaux.

U

Utopie : Je passe enfin du rêve à la réalité, et mon voyage ne sera pas resté une utopie. Reste à voir s’il ne relève pas du fantasme et si la réalité sera aussi belle que le rêve…

V

Vaccins : Voir à la lettre S (Santé)

Vêtements : Il me faut prévoir le minimum de vêtements pour faire face à toutes les conditions climatiques : le froid, la pluie, la neige, la chaleur, avoir des chaussures de marche comme des tongs. Privilégier des vêtements en matières « techniques », légers, infroissables, qui sèchent vite, ne pas oublier la polaire, le maillot de bain, la serviette en micro-fibre…Rester coquette et ne pas me transformer en nomade de style « randonneuse du vieux-campeur » ou « baba-cool locale »…

Visas : Avant mon départ, je fais le point pour savoir dans quels pays j’aurai besoin de visas et où me les procurer.  Trois cas de figure sur mon itinéraire : pas besoin de visa dans certains pays, visas délivrés à l’entrée et visas à prendre avant l’arrivée, soit sur internet (e-visa), soit auprès de l’ambassade du pays. Pour les visas pris à ‘arrivée, prévoir un paiement en dollars et des photos. À noter, le format de photo diffère d’un pays à l’autre… Ce serait trop simple autrement ! Pour une première information, consultez ce site (deuxième partie de page). Les modalités évoluant dans certains pays, il est préférable de vérifier auprès de l’ambassade ou du consulat du pays avant le départ !

Voyages / Vacances : C’est pas pareil ! Pour moi, un « voyage », c’est la découverte en solo d’un pays, tous sens en éveil du fait de la solitude. C’est aussi un voyage initiatique, un moment de disponibilité à soi et aux autres, un moment privilégié de réflexion, d’ouverture et de rencontre avec les populations locales. Des « vacances », c’est avec des copains-ines ou en famille, pour visiter, rigoler, bien manger et passer du bon temps ensemble en France ou à l’étranger.

W

 Why ? :  Voir à la lettre A « Aboutissement ». « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même » (Nicolas Bouvier).

Where ? : Je serais une bonne candidate pour l’émission « Rendez-vous en Terres inconnues », car toutes les destinations me tentent ! Avec quelques pays en priorité… que je vous invite à retrouver dans le blog à l’onglet « Destinations ».

When ? : Le plus rapidement possible après mon départ en retraite ! Dernier jour de travail le 31 décembre 2014. Départ prévu début juillet 2015, le temps de régler un certain nombre de choses… J’ai tellement attendu ce moment-là que j’ai peur que quelque chose (un problème de santé) ne m’empêche de partir.

Wifi : Indispensable ! Pour rester en contact avec la famille et les amis via Skype ou Facetime, pour écrire mon blog, pour télécharger mes photos, pour planifier et organiser mes déplacements… Ce sera un critère important dans le choix de mes guesthouses et hôtels. Pour ce voyage, je me suis équipée d’un ordinateur léger, justement pour ne pas passer des heures dans des cybercafés.

X

Xanax : J’amène une boîte d’anxiolytique avec moi au cas où… Et, surtout, je ne sais pas quoi mettre face à ce X !

Y

Yoga : Des cours partout où je le pourrai ! Déjà repérés en Inde, en Thaïlande, au Laos…

Z

Zen : Z’ai fini et ze suis Zen. J’essaye de le rester face à la check-list impressionnante de choses à faire avant mon départ…

Pin It on Pinterest

Share This