Histoire de voyages

Rencontres, réflexions et apprentissages

Coup de chapeau au Panama : son histoire…

par | 18 Jan 2017 | Apprentissages, Histoires de voyages | 0 commentaires

» Histoires de voyages » Apprentissages » Coup de chapeau au Panama : son histoire…

Coup de chapeau au Panama ! Ce célèbre chapeau fabriqué en Equateur existe depuis le 16ème siècle et est toujours connu dans le monde entier pour sa qualité et son style ! Son histoire m’a bien plu et j’ai eu envie de vous la raconter…

Au 16ème siècle,  les conquistadors espagnols atteignirent la côte équatorienne et remarquèrent que les locaux portaient de grands chapeaux de paille qui couvraient les oreilles et le cou. Ce genre de couvre-chefs appelés « tocas » en Espagne est devenu « toquilla » pour ces chapeaux qui étaient plus petits. Par assimilation, la paille de fabrication qui provient d’un palmier qui ne grandit que sur la côte équatorienne fut alors elle-même nommée “paille toquilla”.

Très rapidement, les espagnols adoptèrent ces chapeaux et les firent fabriquer dans la ville de Montecristi, d’où l’appellation de certains chapeaux, toujours considérés comme les meilleurs, car tressés avec la paille la plus fine. Les “Montecristi” peuvent valoir jusqu’à 2 000 euros. Petit à petit, la popularité grandissante du chapeau se propagea jusqu’à la noblesse espagnole, et en peu de temps le roi d’Espagne en commanda pour les offrir à son épouse.

En 1835, peu après la fin du joug espagnol, un entrepreneur nommé Manuel Alfaro s’installa à Montecristi et y établit son atelier de production de chapeaux avec ses propres plantations de palmiers pour la paille. La main d’œuvre, locale, était engagée pour ses compétences. L’entreprise exporta rapidement des chapeaux vers le Panama qui était alors une plateforme économique et ouvrit des comptoirs sur place. Ses chapeaux commencèrent à attirer l’attention du public étranger sur place, qui fit rapidement un amalgame avec le pays de vente, et ce produit entièrement équatorien fut associé à jamais avec Panama.

En 1836 la ville de Cuenca créa un chapeau “Panama” qui s’est différencié du Montecristi par sa paille blanchie et également plus épaisse, permettant un tissage bien plus rapide. En peu de temps le pari économique fut remporté et l’industrie du chapeau devint l’une des plus importantes pour Cuenca.

Plus tard, à l’aube de la ruée vers l’or en 1848, un très grand nombre d’hommes et de femmes émigrèrent vers la Californie. Le trajet le plus efficace à l’époque était de couper par l’isthme de Panama. Au passage, la chaleur aidant, les voyageurs achetaient le chapeau en masse et louaient ses mérites une fois arrivés à bon port.

En 1855, un citoyen français résidant à l’époque à Panama, exhiba pour la première fois en Europe le fameux couvre-chef lors de l’Exposition Universelle de Paris. Le pays d’Equateur ne faisant pas partie de la liste des participants, là aussi les chapeaux furent rapidement baptisés Panama. L’engouement fut rapide et il entra rapidement dans la mode parisienne jusqu’à être porté par Napoléon III. L’empereur en devint un ambassadeur de choix, et répandit la mode à travers l’Europe. En Grande Bretagne, le prince de Galles et futur roi, Edward VII fut lui aussi pris d’un engouement pour le Panama.

Au début des années 1900, l’Équateur s’ouvrait à de nouveaux marchés comme l’Amérique du Sud, les Caraïbes et en particulier Cuba où les chapeaux étaient vraiment indispensables pour les travailleurs des plantations de sucre ou de tabac. A ce moment-là également,le gouvernement américain acheta aussi 50 000 chapeaux afin d’aider ses troupes à combattre les espagnols sous le soleil intense des Caraïbes.

Puis, en 1906, durant la construction du canal de Panama, un grand nombre de chapeaux fut attribué aux maçons et ingénieurs américains. La popularité du Panama augmenta encore d’un cran quand une photo du président Roosevelt fut prise alors qu’il le portait au cours d’une visite officielle du chantier. La presse du monde entier avait alors reproduit le cliché.

Même en Turquie, en 1925, les lois de modernisation du pays interdirent le port du fez traditionnel et ordonnèrent à la place le port du panama.

Enfin, c’est en 1944 que l’exportation du panama connut son âge d’or avec l’engouement des stars d’Hollywood qui ont commencé à arborer le fameux couvre-chef dans toutes les circonstances.

C’est un peu rageant pour l’Équateur que ses chapeaux connus dans le monde entier portent le nom du pays voisin !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This