Destination Asie

Hoï An, la douceur de la ville-lumière du Vietnam

» Destinations » Asie » Vietnam » Hoï An, la douceur de la ville-lumière du Vietnam

Après deux journées à Ho Chi Minh, départ pour Hoï An, sur la côte vietnamienne

C’est à 30 kilomètres de Da Nang que se situe la vieille ville de Hoï An, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1999. Elle est le reflet de l’heureux mélange des cultures et des architectures locales et étrangères, essentiellement chinoises et japonaises.

On y croise un peu trop de touristes, mais c’est compréhensible… c’est un vrai bonheur de s’y promener ! Un conseil, visitez la ville tôt le matin si vous voulez vraiment en découvrir tous les charmes, d’autant que la plupart des sites à visiter ferment leurs portes à 17 heures. La plupart des hôtels mettent des vélos à disposition, et sinon il est facile d’en louer (2 $ par jour) pour partir à la découverte des sites remarquables mentionnés sur le plan de la ville.

 

Coup de coeur assuré pour Hoï An !

La ville abrite de nombreuses belles maisons traditionnelles chinoises en bois, des temples, des pagodes, des musées et  un très beau “pont-pagode japonais”. Elle brille de mille feux le soir et se révèle une ville-musée à ciel ouvert avec les multiples lanternes, accrochées aux arbres, suspendues à travers les vieilles ruelles ou flottant sur la rivière sous forme d’animaux. 

La ville de Hoï An est très belle de jour, mais encore plus magique le soir. Les lumières des lanternes et des bougies se réfléchissent dans la rivière Thu Bon qui entoure la vieille ville, en créant des jeux de lumière magiques et mouvants. On peut acheter des bougies déposées dans des petites lanternes réalisées sur le bord de la rivière et grimper dans une barque pour aller les déposer sur le cours de l’eau pour faire un voeu. Très romantique…

Une déambulation nocturne dans les ruelles, illuminées par les milliers de lanternes s’impose vraiment ! 

Que faire à Hoï An ?

Avant tout, flâner sur les quais du port et se balader dans les petites ruelles de la cité !

La ville est exceptionnellement bien conservée et fourmille de lieux magiques.

Les hôtels, guesthouses ou offices d’information touristiques vous délivreront un plan indiquant les sites remarquables à visiter. Un forfait touristique de visite qui coûte 120.000 dongs (environ 5 euros) permet de visiter 5 sites dans la ville.

Le port d’Hoï An a connu un passé glorieux au temps où il était l’un des plus grands ports commerciaux d’Asie du Sud-est du XVè au XIXè siècle, grâce à sa position stratégique sur la route de la soie et de la céramique. Des marchands du monde entier venaient s’y approvisionner en soie, étoffes, papier, porcelaine, thé, poivre et autres épices… Il reste aujourd’hui un port en activité avec de nombreux beaux bateaux en bois.

Visiter les sites remarquables de la vieille ville

  • Le pont couvert japonais, reconnu site culturel et historique national en 1990. C’est l’endroit incontournable à Hoi An, particulièrement le soir. Le pont-pagode a été construit en 1593 pour relier les quartiers japonais aux quartiers chinois de la ville. Il est gardé aux extrémités par 2 statues, l’une représentant un singe pour l’année de début de la construction et l’autre par un chien pour l’année de fin de construction du pont.
  • Le Temple de la Congrégation de Chine érigé en l’honneur de 108 commerçants de l’île de Fujian tués par erreur parce qu’ils avaient été pris pour des pirates.
  • La visite de la maison Tan Ky fondée par un marchand vietnamien au début du XIXè siècle et habitée depuis sept générations par la même famille. Une boutique aux influences architecturales, chinoise, japonaise et européenne. Difficile de résister à l’achat de quelques souvenirs !

Se délecter des spécialités culinaires

La cuisine de Hoi An est une cuisine particulièrement savoureuse où l’on retrouve l’influence de la Chine et du Japon. Pour découvrir les ingrédients de la cuisine vietnamienne, il faut aller faire un tour au marché central qui se tient tous les matins sur les rives du fleuve.  Il y a également un marché de nuit très animé où il est agréable de déguster avec la population locale une soupe “Pho”, le plat national vietnamien sur des petites tables et chaises en plastique, avant d’acheter quelques excellents fruits vendus un peu partout par les marchandes qui portent leurs paniers à bout de bras sur un balancier en bois.  Si vous préférez un cadre plus raffiné, vous aurez le choix de vous attabler dans un des innombrables restaurants de la vieille ville.  Vous joindrez ainsi le plaisir du palais au plaisir de la vue !  

Je n’ai pas eu le temps de le faire, mais Hoï An est également un lieu parfait pour prendre un cours de cuisine. Deux adresses m’ont été conseillées : “La cuisine de ma grand-mère et “Green Bamboo Cooking School“.

Profiter de Hoï An by night

Le soir, Hoi An s’illumine de mille feux, et la ville dégage alors une atmosphère féérique. Des centaines de lanternes de soie pendent aux devantures des maisons, des bougies s’allumées sur les tables des restaurants ou flottent sur la rivière.  Quant au pont japonais, il est déjà beau le jour, mais il est vraiment fascinant à la nuit tombée lorsqu’un jeu de lumières le met en scène !

Enfin, Hoï An est LA ville où il faut refaire sa garde-robe !

Il y a environ 400 boutiques de vêtements sur-mesure à Hoi An. Les tailleurs vous font tout ce que vous voulez en moins de 24 heures, sur mesure, et pour un bon prix ! Robes, costumes, chemises… Même facilité pour faire réaliser sacs ou chaussures en cuir à son goût pour un prix très concurrentiel.

Le soir est un bon moment pour flâner devant ces ateliers de couture, mais aussi devant les boutiques d’artisanat, et notamment celles où de jeunes petites mains fabriquent les lanternes de façon incessante…  

Hoï An est une destination romantique et envoûtante où il faut prendre son temps, et cela me va bien !

La population y est accueillante, la cuisine est raffinée et les ateliers d’artisans, sculpteurs, peintres, ou photographe sont nombreux.

A voir aussi dans les alentours… la très belle plage de An Banga située seulement à 5 kms de la ville que je n’ai pas eu l’occasion de fréquenter en raison des mauvaises conditions météo et le site de My Son, où se trouvent les plus importants vestiges de la civilisation Cham dans les ruines d’une ville impériale du Royaume du Champa qui a prospéré du 4è au 13è siècle. Le site a été déclaré site du patrimoine mondial par l’Unesco.

Hoï An a vraiment tous les charmes et je m’y attarderais bien volontiers. Mais le voyage continue et les charmes de la région de Sapa, une rencontre avec les Daos dans les rizières de Ta Phin et la Baie d’Halong m’attendent…

0 commentaires

Pin It on Pinterest

Share This