Dernière étape aux Galapagos sur l'île d'Isabela

Dernière étape aux Galapagos sur l’île d’Isabela

par | 27 Nov 2017 | Amérique du sud, Destinations, Equateur | 0 commentaires

» Destinations » Amérique du sud » Equateur » Dernière étape aux Galapagos sur l’île d’Isabela

Dernière étape dans l’Archipel des Galapagos sur l’île d’Isabela où je passerai la fin de l’année 2016. Après quatre journées intenses passées sur l’île de San Cristobal et deux journées à Santa Cruz, je quitte Puerto Baquerizo Moreno et prends une navette inter-îles pour arriver en 3 heures à l’embarquadère de Puerto Villamil, toujours pour la somme de 30 $. Même mer hâchée et agitée que dans les transferts précédents et même hâte d’arriver. Les traversées inter-îles en hiver ne sont pas des plus faciles et des plus agréables…

Isabela est la plus grande et la plus récente des îles des Galapagos avec 100 kms de long et environ 2 200 habitants, essentiellement concentrés dans le port de Puerto Villamil. Prenez vos précautions avant d’y arriver, car il n’y a aucun distributeur bancaire sur Isabela. L’île doit son nom à la reine Isabela d’Espagne qui a financé la fameuse expédition de Christophe Colomb. C’est une île jeune qui comporte six volcans dont certains sont encore partiellement en activité. Deux culminent à près de 1 700 m : le Cerro Azul et le Wolf. A l’arrivée sur Isabela, même rituel que sur les îles de Santa Cruz et de San Cristobal… je prends la direction de ma guesthouse le “Sun island” pour y déposer mon sac et me renseigner sur ce qu’il y à voir sur l’île.

Isabela est une île calme et sauvage où il est très agréable de se promener au côté des animaux qui évoluent ici très sereinement dans un environnement naturel protégé. C’est aussi une île très romantique, avec de longues plages où il fait bon siroter des noix de coco fraîches, le soir, face au soleil couchant.  Je sens que l’île va être propice à une certaine paresse contemplative et à un mode de vie au ralenti… Que j’aime cette douceur de vivre ! 

 

Je suis en Equateur depuis 32 jours, et ressens le besoin de recharger mes batteries avant de poursuivre mon voyage en Colombie. Qui veut voyager loin, et seule… ménage sa santé ! C’est donc dans une ambiance très détendue et chaleureuse que j’ai passé la soirée du 31 décembre au soir avec mon amie japonaise Fumi avec laquelle j’avais déjà passé Noël sur l’île de Santa Cruz. Une transition vers 2017 tout en douceur sur la playa Villamil, longue plage de sable fin de 2 kms, sur laquelle une grande table d’hôtes avait été dressée pour cette nuit de réveillon. A minuit, nous nous souhaitons de nombreux autres beaux voyages dans les prochaines années !

A part se relaxer, que voir sur l’île d’Isabela ?

Après mes excursions payantes sur San Cristobal, j’ai privilégié ici les balades et les activités gratuites ou peu onéreuses. 

Faire une balade dans la Laguna Salinas. Un petit hâvre de paix dans une lagune située en plein centre-ville, où l’on peut contempler de nombreux flamants roses. J’y apprends que la couleur prononcée de leur plumage est liée à leur alimentation. Elle vient des pigments caroténoïdes présents dans les algues et les crustacés que les flamants roses consomment en grande quantité. La couleur rose devient de plus en plus intense au fil des années. J’adore ces oiseaux si fragiles et si gracieux !

Faire du snorkeling à la Concha de Perla. Située à 10 minutes à pied du port de Puerto Villamil, Concha de Perla est une belle crique calme, entourée de mangroves, où il est possible de se baigner en compagnie de quelques lions de mer et de tortues marines dans une eau limpide. C’est un véritable petit coin de paradis très apprécié de la population locale.

Se rendre au Mur des larmes. C’est un aspect de l’Histoire que l’on n’imagine pas trouver sur des îles paradisiaques. Le “Muro de las lágrimas” est situé à 3 kilomètres du Port de Puerto Villamil. L’île Isabela, tout comme sa voisine l’île Floreana, fut une colonie pénitentiaire jusqu’en 1959. Avant cette date, les officiers obligèrent les prisonniers à construire ce mur long d’une centaine de mètres et haut d’environ 10 mètres, avec des pierres de plusieurs centaines de kilos, en guise de punition. Les conditions étaient terribles et les prisonniers n’avaient que le choix « des larmes ou de la mort ».

Visiter le centre Crianza de Puerto Villamil. C’est un centre de soin et de reproduction de tortues auquel on accède après une jolie balade qui traverse des marais salants, dans le prolongement de la laguna salinas. On y apprend comment se reproduisent les tortues, comment il est difficile pour elle de survivre à la naissance, quel âge elles peuvent atteindre (plus de 150 ans) et comment calculer leur âge en fonction de leur taille. Le centre développe un programme d’élevage en captivité afin d’éviter que les bébés tortues ne soient mangés par des prédateurs, avant une libération progressive dans le milieu naturel à l’âge de 7-8 ans.

Pour info, quelques activités payantes…

Visiter et faire du snorkeling dans “Los Tuneles” (90 $). Pour visiter les fameux tunnels volcaniques de l’île, il est nécessaire de prendre un “package” de 4h d’excursion incluant bateau, promenade sur les tunnels, et 2 plongées en snorkeling, car il n’est pas permis de s’y rendre en solo. Trop cher pour moi qui débute mon voyage de 9 mois en Amérique latine et doit gérer mon budget sur la durée !

Découvrir la côte en kayak avec un guide (25 $). Alternative intéressante pour voir de nombreux animaux dans des conditions agréables durant 2h30. Il était aussi possible de louer un kayak sans guide (moins onéreux), mais n’ayant jamais fait de kayak seule, je ne voulais pas courir le risque de me retrouver en difficulté… Lorsque l’on voyage seule, on est obligée d’anticiper tous les problèmes et de subir quelques contraintes supplémentaires.

Faire du snorkeling aux Tintoreras (90 $), un petit groupe d’île juste en face de Puerto Villamil. Les îles sont très proches, j’y serai bien allée à la nage, mais la présence d’un guide est obligatoire… L’excursion propose de faire un tour en bateau autour des îlots pour y voir des pingouins, des fous à pattes bleues, des iguanes marins et des requins à pointe blanche. Malheureusement pour moi, je ne suis pas à la bonne saison pour les pingouins ! Compte-tenu du prix de l’excursion, je reste donc regarder les îles depuis la plage de Puerto Villamil…

Faire l’ascension du volcan Sierra Negra avec un guide (40$). Il faut compter environ 5 heures (aller-retour) pour réaliser la randonnée de 16 kms qui mène jusqu’au volcan Sierra Negra, l’un des cinq volcans sur Isabela et le seul accessible depuis Puerto Villamil. Le volcan possède un des cratères actifs les plus grands au monde avec ses 11 kms de diamètre, d’où s’échappent des fumerolles.

En conclusion, Isabela aura été pour moi le hâvre de paix que je recherchais en fin de voyage aux Galapagos et plus globalement au terme de mon voyage de 36 jours en Equateur. Une île où j’ai privilégié la détente et la contemplation… J’en avais bien besoin avant de repartir pour de nouvelles aventures ! Santa Cruz, San Cristobal et enfin Isabela… chaque île m’aura apporté son lot d’émotions, de sensations et de belles surprises.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This